Free Delivery & 60-Day Returns* - Everyday!

Présidentielle 2022: Projet enrichi, retraites, sécurité, plein emploi… Ce qu’il faut retenir de l’intervention d’Emmanuel Macron au JT de TF1

Le président-candidat était l’invité de TF1, ce mercredi soir, pour préciser les contours de son projet pour « la France de demain ». Il est longuement revenu sur l’enjeu majeur de ce second tour: les retraites.

Après Marine Le Pen, ce mardi soir, Emmanuel Macron était à son tour sur TF1, ce mercredi soir. A dix jours du second tour de l’élection présidentielle, il a balayé les sujets d’actualité et précisé son projet.

« Enrichir mon projet »

Le président est revenu sur l’après-premier tour et sa « drague » ouverte aux électeurs des candidats battus. « Je tiens à la clarté et à la constance de mon projet mais je veux aussi enrichir mon projet ». Et le président d’assurer qu’il « regarde dans les projets de ceux  qui ont été battus au premier tour et qui ont décidé de me soutenir, ce qui est compatible et rendrait mon projet plus fort ».

« L’idée n’est pas de changer le projet mais de le compléter par des idées qui permettront d’aller plus loin ».

Gouvernement d’union républicaine?

Le président n’a pas clairement dit oui à cette idée mais il a rappelé qu’il avait été « le seul président de la Ve république à nommer deux Premiers ministres qui n’étaient pas dans son camp avant l’élection ». « Et pourtant, j’avais la majorité mais je veux rassembler tous les talents ».

Europe

« Il faut reformer Schengen plutôt que d’en sortir comme le propose Madame Le Pen. Il faut réformer en protégeant mieux les frontières extérieures de l’Europe avec des forces communes et plus de coopération entre nos gouvernements ». « Notre ennemie, c’est la lenteur » a aussi regretté le président Macron. « Ceux qui ne pourront jamais espérer avoir l’asile ou de titre de séjour, ne doivent pas pouvoir rester un an ou plus chez nous. La procédure doit être plus rapide pour les renvoyer dans leurs pays d’origines ».

Retraites

C’est le sujet brûlant du moment entre annonces et reculades… Emmanuel Macron a tenté de repréciser sa pensée sur la retraite à 65 ans. Il a d’abord indiqué que sa réforme comprendrait « l’augmentation des retraites de 4% dès cet été » et « une retraite minimale pour ceux qui ont cotisé ce qu’ils devaient fixée à 1.100 euros contre 980 euros aujourd’hui ».

Ensuite, le président-candidat a indiqué ne pas avoir reculé sur le sujet. « Aujourd’hui, il n’y a pas de départ à la retraite à 62 ans puisque les Français partent à 63,5 ans en moyenne. Avec des situations injustes notamment pour les femmes qui partent à 67 ans ».

« Je ne propose pas de passer de 62 ans à 65 ans d’un coup mais d’augmenter l’âge de départ à la retraite de 4 mois tous les ans avec une clause de revoyure en 2027-2028. Là, l’âge de départ à la retraite sera de 64 ans. Si on a réussi à rééquilibrer les choses alors on pourra avoir une respiration ».

Enfin, sur le sujet des retraites, le président a précisé qu’il conserverait « les dispositifs de carrières longues, la retraite à 55 ans pour les invalides » et il a annoncé intégrer « un nouveau dispositif de pénibilité individuelle pour que certains puissent partir plus tôt ».

La voiture électrique pour tous à 100 euros par mois

Emmanuel Macron a dit ne pas croire à « l’hydrogène immédiatement, ce pas compétitif et ce serait une fausse promesse ». Mais « je mettrai en place un système d’aide pour des véhicules thermiques qui consomment beaucoup moins, pour de l’hybride et pour de l’électrique ». L’idée sera de mettre en place « un système de leasing permettant d’acquérir un véhicule électrique pour moins de 100 euros par mois ». « Un Français qui travaille à 30 km de son domicile, dépense 150 euros en moyenne de carburant. Il y gagnerait tout de suite ».

Sécurité

Interrogé sur la hausse des atteintes aux personnes, Emmanuel Macron a reconnu « une société plus violente partout qui n’épargne pas la France ». « On a créé 10.000 postes de policiers et de gendarmes pendant le quinquennat mais l’effet ne se voit pas du jour au lendemain, il faut les former. Maintenant, ils sont tous sur le terrain et on va pouvoir en voir les résultats très vite ».

Le président a assuré qu’il continuerait « à embaucher pour plus de présence sur le terrain mais aussi à continuer à investir dans les véhicules, le matériel et les bâtiments ».

De plus, la justice verra son budget augmenter « avec la création de 8.500 postes de magistrats et de personnels de justice pour juger plus rapidement. Le projet, c’est l’impunité zéro ».

Baisse des impôts

Emmanuel Macron a également été sollicité pour connaître les moyens de financer son projet: « On va continuer à baisser les impôts de 15 milliards mais il est hors de question de monter la dette ». « On va parier sur l’économie et aller vers le plein-emploi, car c’est possible. Le plein-emploi rapportera 35 milliards par an. Il y aura aussi des économies sur le fonctionnement de l’Etat avec l’accélération de sa numérisation et de sa simplification ».

Postes connexes

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Histoires récentes