Free Delivery & 60-Day Returns* - Everyday!

Présidentielle 2022 : un jour 65 ans, le lendemain 64, la position de Macron sur l’âge de la retraite de plus en plus incompréhensible

Les signaux envoyés par le candidat et son entourage sur la proposition de report de l’âge légal de départ en retraite paraissent des plus contradictoires.

Le président candidat Emmanuel Macron propose « un relèvement progressif de l’âge légal de départ à la retraite à 65 ans ». À l’instar de la réforme de 2010, sous la présidence de Nicolas Sarkozy, qui avait repoussé l’âge légal de 60 à 62 ans, ce nouveau report, en cas de réélection et une fois la loi adoptée par le Parlement, consisterait à reculer de 4 mois chaque année l’âge de la retraite. Aussi, c’est pour la génération 1969 que la réforme s’appliquerait pleinement, avec un départ possible en retraite à 65 ans en 2034.

A lire aussi :
Proposition Macron de retraite à 65 ans : nés à partir de 1961, découvrez le calendrier de sa réforme et l’âge auquel vous devriez pouvoir partir

65 ans n’est « pas un dogme » 

Mais, dès le lendemain du premier tour de l’élection présidentielle, après avoir été interpellé à plusieurs reprises sur le sujet au cours d’un déplacement dans le Nord, Emmanuel Macron indiquait ne pas être fermé à une évolution de cette proposition.

Pour tenter de capter l’électorat de Jean-Luc Mélenchon, et plus largement des Français inquiets pour leur pouvoir d’achat et leurs conditions de vie, il a assuré que le recul de l’âge du départ à la retraite de 62 à 65 ans – auquel les deux-tiers des Français se disent opposés, selon un sondage Elabe réalisé le mois dernier – n’était « pas un dogme ». Il a aussi promis qu’il consulterait largement sur le sujet et qu’il amenderait son projet s’il suscite « trop d’angoisse ». « L’horizon de l’âge légal à 65 ans peut tout à fait être adapté » répétait-il mardi évoquant notamment un report à 64 ans plutôt que 65.

Pourtant, ce mercredi matin, nouveau son de cloche dans son camp. Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal indique bien que 65 ans est toujours le cap de la réforme…

Quel âge pour les carrières longues ?

La proposition phare du candidat Macron n’est pas la seule à être entourée d’un certain brouillard, les mesures d’âges concernant les carrières longues ou les métiers pénibles sont également des plus énigmatiques.

Dans son programme, outre « la suppression des principaux régimes spéciaux (EDF, RATP…) pour les nouveaux entrants, comme
nous l’avons fait pour la SNCF »,  le président sortant évoque « la juste prise en compte des cas d’incapacité, des carrières longues ou pénibles » sans préciser plus avant son projet et notamment s’il compte aménager dans ces cas de figure les conditions d’accès à la retraite.
Il n’indique pas, par exemple, s’il entend préserver la possibilité offerte aux salariés ayant commencé à travailler avant 20 ans de partir en retraite dès l’âge de 60 ans, avec leurs annuités complètes. On ne sait pas non plus si un report est également envisagé dans ce cas à 61 ou 62 ans.

Le retour du « régime universel »

Des propositions d’autant plus floues que dans son programme le candidat conclut sur le sujet en annonçant « une poursuite des concertations sur un régime universel plus simple (proposition de 2017, abandonnée en cours de mandat), seulement pour les générations futures, en construisant les compromis nécessaires. »

De quoi en conclure que la réforme proposée en avril 2022 ne sera pas celle portée dans les années qui viennent en cas de réélection ?

Pour rappel, de son côté Marine Le Pen écrit dans son programme « refuser tout allongement de l’âge de départ à la retraite ».

Postes connexes

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Histoires récentes