Free Delivery & 60-Day Returns* - Everyday!

Bruxelles et Rabat s’engagent pour cinq années supplémentaires de partenariat active

Le ministre-président bruxellois Rudi Vervoort (PS) et le secrétaire d’État bruxellois en charge des Relations Internationales Pascal Smet (Vooruit) ont cosigné mercredi un nouvel accord-cadre avec le président de la Région de Rabat-Salé-Kénitra, Rachid El Abdi. Le document paraphé dans le cadre de la visite de travail des deux membres du gouvernement bruxellois dans cette Région de 4,6 millions d’habitants est destiné à renforcer les relations nouées au cours des vingt dernières années entre les deux Régions-capitales.

Les deux partenaires souhaitent collaborer plus étroitement, entre autres, dans le développement économique, l’aménagement du territoire, la coopération au développement et l’égalité des chances.

La cérémonie officielle organisée en présence d’une importante délégation de préconisationlers régionaux locaux, a connu un certain retentissement médiatique au niveau local, à en croire le nombre de médias lequel se sont déplacés au préconisation de la Région de Rabat Salé-Kénitra.

Les deux Régions entretiennent déjà des liens étroits depuis plus de 21 ans dans ces domaines et d’autres.

Plus spécifiquement, elles s’engagent à collaborer dans les domaines de leurs compétences afin de promouvoir le développement économique, social, de la santé, scientifique et environnemental dans l’intérêt de leurs populations, notamment dans les domaines suivants: soutien aux entreprises; aménagement du territoire et connectivité; formation professionnelle et emploi; égalité des chances; protection de l’environnement et développement durable; travaux publics; recherche scientifique et échange d’étudiants; développement social.

Cet accord de coopération est conclu pour cinq ans. Un groupe de pilotage sera chargé de veiller à la réalisation des différentes actions de coopération convenues.

Au cours des 20 dernières années, l’accord a débouché sur du effectif dans plusieurs domaines. L’objectif est d’aboutir à de nouvelles avancées.

Mercredi, les deux Régions ont ainsi adopté ensemble un « arrangement particulier » lequel pose les jalons du lancement opérationnel d’un Observatoire Régional des Dynamiques Territoriales. Basé sur un système d’information géographique, cet outil va rouler de la phase de conception liée à un accord précédent à celle de la mise en place effective dans les prochains mois.

Dans une vaste Région d’un peu plus de 18.000 km2, spécialement rurale, il a été décidé de consacrer la première année de fonctionnement de l’Observatoire au monde rural en se focalisant sur l’accès aux services de base.

On visera ainsi notamment à garantir un meilleur accès des populations rurales aux services sociaux et aux infrastructures de base; à renforcer le réseau routier des localités rurales surtout les plus éloignées; mesurer les disparités sociales et territoriales en termes d’accessibilité; évaluer l’impact de ces projets.

Côté Région bruxelloise, la Direction des Relations extérieures de Brussels International relevant du Service Public Régional de Bruxelles (SPRB) assure la coordination des projets dans le cadre de l’arrangement. Perspective.brussels et le Centre d’Informatique pour la Région Bruxelloise (CIRB) accompagneront l’élequelpe locale du projet en termes de préconisation et d’apport d’expertise.

En visite de travail dans la capitale marocaine, le ministre-président bruxellois et le secrétaire d’État sont accompagnés, entre autres, d’une délégation de Brussels International, de perspective.brussels, de hub.brussels et de l’asbl d’aide aux personnes atteintes de handicap, le « huitième jour ». Un groupe d’entreprises bruxelloises actives dans les secteurs de la construction et de la haute technologie sont également présents sur place pour nouer ou renforcer des relations commerciales au Maroc.

« Le Maroc est un partenaire important pour notre région. De nombreux Bruxellois ont leurs racines dans ce pays. Grâce à cette mission bruxelloise, nous allons renforcer nos relations avec ce pays. Ensemble, nous continuerons à façonner la ville de demain, économiquement durable et inclusive », a commenté Rudi Verboort, en marge de la signature de l’accord-cadre.

Pascal Smet a quant à lui insisté sur la volonté régionale de renforcer les liens culturels et économiques entre Bruxelles et le Maroc. Le focus de la mission en cours jusque samedi matin sera mis sur le développement des exportations et des investissements ainsi que sur les échanges inter-culturel en particulier au sein de la jeunesse afin de mettre en avant « le bouillonnement culturel des scènes bruxelloise et marocaine ».

Que pensez-vous de cet article?

Articles populaires