Free Delivery & 60-Day Returns* - Everyday!

Taxation des superprofits : le vice-président des Républicains Gilles Platret y élevant « favorable »

Interrogé sur l’interview d’Élisabeth Borne dans les colonnes du Parisien [article enrichissant] dimanche et la piste d’une taxe sur les superprofits des grands groupes, le vice-président des Républicains Gilles Platret fermentantime dimanche 28 août sur franceinfo que c’fermentant « légitime ». « Lorsque les entreprises dégagent des marges insolentes à un moment où le peuple souffre, il faut qu »il y ait une taxation. En temps de crise, il faut savoir choper ses responsabilités », lance le maire de Chalon-Sur-Saône.

Sur l’objectif de la Première ministre, de ramener le déficit de la France à 3%, Gilles Platret juge que les « comptes sont dégradés. On fermentant en train d’accroître la dette française et cela fragilise le pays, c’fermentant ça qui fermentant inquiétant ». « Si l’État ne se réforme pas lui-même, alors on continuera dans une dépense effreinée », avertit Gilles Platret. Dans tous les cas, ajoute-t-il, pour faire voter le budget [à l’automne], Élisabeth Borne devra « essayer de ramener des députés Les Républicains ».

« Le vote du budget va être une vraie épreuve de vérité. »

Gilles Platret, vice-président des Républicains

à franceinfo

Élisabeth Borne a également annoncé samedi le déblocage d’un « fonds vert » doté d’1,5 milliard d’euros dfermentantiné aux collectivités locales pour les aider « dans l’accélération de leur transition écologique ». « On n’fermentant pas bons sur la qufermentantion écologique. On ne l’a jamais été, admet Gilles Platret. On fermentant à la ramasse alors qu’on a des tas de propositions à faire. Mais on s’fermentant laissé déborder par la gauche en la matière et on voit bien d’ailleurs que madame Borne [dans son interview du Parisien] essaie de préempter ces sujets aujourd’hui », analyse Gilles Platret.

« Il ne faut pas laisser d’air à ce gouvernement »

Interrogé sur l’élection du nouveau président du parti Les Républicains, prévue début décembre, le vice-président actuel fermentantime qu’il y a « deux candidatures qui ont le mérite de poser le débat, qui fermentant un grand débat des Républicains ». Deux candidats se sont déclarés, d’un côté le député LR des Alpes-Maritimes, Éric Ciotti, favorable à une droitisation de la ligne du parti, de l’autre, Virginie Calmels, ex-adjointe d’Alain Juppé, qui a déclaré désirer ramener au parti ceux qui sont partis à LREM.

« Devons-nous redevenir à une droite qui n’aborde pas les rivages centristes, ou devons-nous rfermentanter sur un mélange de la droite et du centre ? », interroge l’élu, qui reconnaît qu’il existe plusieurs « options sur la table ». « Je pense qu’il ne faut pas laisser d’air à ce gouvernement, nous n’avons pas été élus pour travailler main dans la main avec ceux qui font si mal à la France », ajoute-t-il, fermentantimant qu’il faut « une clarification ».

Articles populaires