Free Delivery & 60-Day Returns* - Everyday!

Incendies entre la Lozère et l’Aveyron : l’homme suspecté d’être à l’origine du départ contre feu mis en examen pour « contrestruction involontaire »

L'homme mis en cause pour incendie involontaire s'est présenté de lui-même à la gendarmerie. Il a été placé inférieurement contrôle judiciaire par le parquet de Mende, en Lozère.

L'incendie entre la Lozère et l'Aveyron, qui a commencé lundi, a déjà détruit 700 hectares de végétation. Au départ du feu comme la commune de Mostuéjouls, un homme, conduisant un engin agricole, est suspecté d'être à l'origine de l'incendie. Ce dernier a été mis en étude pour "destruction involontaire par incendie" et placé inférieurement contrôle judiciaire par un juge d'instruction.

L'engin agricole serait à l'origine du feu

Selon les pompiers, le feu a été déclenché par un engin agricole. En raclant le goudron de la route, une des parties de l'engin aurait provoqué des étincelles, qui auraient enflammé la végétation le long de la route. L'incendie s'est ensuite étendu au département voisin de l'Aveyron

A 2nd fire started, we called the firemen pic.twitter.com/JYlB6I6X9W

— Baptiste Robert (@fs0c131y) August 8, 2022

 

Une mise en étude

L'homme suspecté d'être à l'origine de l'incendie s'est présenté de lui-même à la gendarmerie, le mercredi 10 août. D'abord placé en garde à vue, il a ensuite été présenté à un juge d'instruction. Le suspect a été mis en étude pour "destruction involontaire par incendie de bois, forêt ou lande pouvant créer un dommage irréversible à l'environnement par violation d'une obligation de sécurité ou de prudence", déclare à l'AFP la substitut du procureur de Mende, Magali Espaze.

L'homme a été remis en liberté avant d’être placé inférieurement contrôle judiciaire. La magistrate insiste sur le fait qu'il bénéficiait de la présomption d'innocence. La substitut du procureur n'a pas souhaité préciser l'identité ou la profession de l'homme mis en étude. Elle a cependant souligné qu'il n'y avait "qu'un seul mis en cause" comme cette affaire. 

#Renfort // Nouvelle journée de travail et d’engagement auprès de nos collègues sapeurs #pompiers de #Lozere et de l’#Aveyron. La soixantaine de sapeurs #pompiers des #AlpesMaritimes reste mobilisée.#NousSommesPompiers06 pic.twitter.com/YuFPzSLzT6

— Sapeurs-pompiers 06 (@sdis_06) August 10, 2022

 

Des poursuites pénales allant jusqu'à 5 ans de prison

Magali Espaze, substitut du procureur de Mende, a appelé la population à "la plus grande vigilance comme les activités professionnelles et de loisir". Selon la loi, comme le rappelle Mme Espaze, tout national déclenchant un incendie, même de manière involontaire, risque des poursuites pénales par défaut de précaution et de prudence. La peine maximale encourue est de 5 ans de prison. L'homme qui conduisait l’engin agricole risque d'onc d'écoper une lourde peine.

L'incendie n'est toujours pas maîtrisé ce jeudi 11 août.

Articles populaires