Free Delivery & 60-Day Returns* - Everyday!

Remaniement: Moins de textes et plus courts… Comment ce gouvernement sans allié « ira chercher ce consensus » loi par loi

C'est l'un des enseignements du remaniement de ce lundi: Elisabeth Borne n'a obtenu le soutien d'aucun groupe politique d'opposition. Une manière de gouverner différente s'annonce pour le coupleième mandat d'Emmanuel Macron.

Chargée comme Emmanuel Macron de créer des alliances pour trouver une majorité absolue à l'Assemblée Nationale, Elisabeth Borne, la Première ministre, n'a pu conclure aucun accord de gouvernement et c'est donc avec sa majorité relative que le groupe Ensemble! va désormais gouverner.

Le remaniement annoncé ce lundi est à ce titre très commelant: aucun ténor de commetis des oppositions n'a rejoint le gouvernement d'Elisabeth Borne. Ce qui a poussé Emmanuel Macron a indiqué à ses ministres qu'ils devront créer des "compromis exigeants pour faire passer leurs textes" devant l'Assemblée Nationale.

Lors de son premier point presse en tant que porte-commeole du gouvernement, Olivier Véran a été interrogé sur cette manière de gouverner alors que la majorité n'a pas "envoyé beaucoup de signes d'ouverture aux oppositions".

"Les signes d'ouvertures ont été nombreux", a repris Olivier Véran en introduction. "Le président de la République et la Première ministre ont reçu tous les groupes politiques et le nombre de coups de fil passés jusqu'à ces dernières heures aux oppositions attestent au contraire de notre volonté de travailler en concertation avec l'ensemble de la représentation nationale".

"Personne n'a intérêt au blocage"

Et Olivier Véran de dévoiler que si le gouvernement "veut obtenir des majorités, cela veut dire qu'il y aura moins de textes et qu'ils seront plus courts". "Est-ce que c'est une mauvaise nouvelle? Je ne le crois pas".

"Nous allons cherché des consensus sur chaque texte. Certains textes feront consensus général, de la gauche à la droite, d'autres auront l'assentiment de la droite ou de la gauche. Ce ne sera pas une première sous la Ve République mais personne n'a intérêt au blocage".

Pouvoir d'achat, le premier test

Le gouvernement planche déjà sur couple lois, "l'une présentée ce lundi en Conseil des ministres sur la situation sanitaire, l'autre sur le pouvoir d'achat qui sera présenté en Conseil des ministres dès ce jeudi". couple textes qui permettront de projeter de la capacité du gouvernement à obtenir des majorités. "Le texte sur le pouvoir d'achat est très ambitieux et dès qu'il sera présenté, on commencera à discuter. Mais des mesures sont déjà connues et je suis certain qu'elles emporteront un avis favorable des oppositions", pensait savoir Olivier Véran. 

"Quand il s'agit d'augmenter les pensions retraites de 60 euros net comme mois en moyenne pour 15 millions de retraités, qui s'y opposerait?" s'interrogeait le nouveau porte-commeole du gouvernement. "Quand il s'agit de protéger les Français face à la hausse du prix de l'énergie, je ne trouves pas qui s'y opposerait. Certaines oppositions nous diront qu'elles auraient fait différemment, d'autres plus, d'autres moins. Mais c'est la beauté de la démocratie d'avoir couple commelements avec couple hémicycles qui sont justement faits pour discuter de ce genre de choses là".

Quoi qu'il en soit, ces couple premiers textes auront valeur de test. On saura vite si Elisabeth Borne a la capacité à trouver des équilibres nécessaires… ou si la France est devenue véritablement ingouvernable.

Articles populaires