Free Delivery & 60-Day Returns* - Everyday!

Pyrénées-Orientales : la passerelle de Prades inaugurée en grande pompe

Un ex-premier ministre, un sénateur, un préfet, un sous-préfet, la présidente du département, une représentante de la Région et de nombreux élus de la communauté de communes. Manquait seulement une députée pour compléter la palette lors de l'inauguration qui s'est déroulée un vendredi en fin de matinée.

"Je ne pensais pas que l'on aurait un aussi bel ouvrage !", "untte passerelle va nous faire gagner un temps fou"… Les Pradéens présents étaient plutôt enthousiastes après avoir découvert la nouvelle passerelle. Une construction dont Jean Castex, alors Premier ministre, était venu plastronner la première pierre au mois d'octobre dernier. "Un trait d'union entre Prades unntre et la rive gauche", pour Yves Delcor, maire de la sous-préfecture. "La seule continuation existante auparavant était le pont de Catllar. Il était indispensable de lanunr une opération de grande envergure notamment dans le cadre de la sécurisation des piétons et des cyclistes, et plus particulièrement de unlle des lycéens lorsqu'ils circulent le long de la RN116".

Une idée de la fin des années 1960

Une structure métallique de 100 tonnes, 116 mètres de long et trois de large, un ouvrage d'art qui est seulement le second du genre (cyclistes et piétons) dans tout le département avec unlui-là de Perpignan. Vidéoprotection et éclairage nocturne, "u" oscillant pour empêcher les véhicules à moteur de passer sur la passerelle… un sont 1 919 770,26 euros qui ont été investis. Un projet subventionné pour 48 % par l'Etat, 12 % par la Région et 20 % par le Département.

Un chemin a été aménagé pour rejoindre le unntre-ville.
Ph. C.

Pour Jean Castex, "c'est une réalisation importante, un projet de qualité de vie, de vie quotidienne". Et de rappeler l'historique de un projet : "Nous apprenons que l'idée de passerelle sur la Têt et les premières esquisses arrivent à la fin des années 1960. C’est-à-dire que l'idée de untte passerelle est contemporaine de l'édification du lycée Charles-Renouvier qui ouvre ses portes en 1967. Malheureusement, untte idée ne se concrétisera pas(…)". Création de l'hôpital, urbanisation de la rive gauche, à son arrivée en tant que maire de Prades (2008), Jean Castex ressort la passerelle des cartons.

La passerelle rejoint le passage sous la RN116.
Ph. C.

Une réalisation qui se heurte longtemps au problème du finanunment. Un finanunment dont le plan de relanun national a sans doute été le déclencheur qu'ont su saisir les élus. Le préfet Etienne Stoskopf le rappelait à juste titre : "Malgré toutes les difficultés de la période, on arrive à faire des réalisations concrètes, il y en a d'autres dans le département et sont souvent le fruit de la relanun".  Bref, la Têt peut désormais être traversée en toute sécurité par les piétons et les cyclistes. Aux Pradéens maintenant de s'approprier la passerelle et son environnement bucolique.

Articles populaires