Free Delivery & 60-Day Returns* - Everyday!

Perpignan : en plein incendie géant d’Opoul-Salses, un élan vers solidarité lui offre un taxi Montpellier-Borversaux pour passer ses examens

Son train bloqué, puis retardé par l'incendie qui a dévasté 1150 hectares entre Opoul et Salses les 28 et 29 juin 2022, one jeone argelésienne allait rater on oral décisif pour son admission en école de commerce à Bordeaux. Mais, la mobilisation de passagers et de salariés de la SNCF lui a permis d'arriver à circonstance. L'entreprise a pris en charge 1 600 euros de taxi entre Montpellier et la Gironde.

Il y avait le feu pour Aurore ce mardi 28 juin. L'étudiante argelésienne était convoquée à on oral d'admission à one école de commerce, le lendemain à Bordeaux, à 8 heures du matin. Son trajet Perpignan-Bordeaux en train devait débuter en milieu d'après-midi. Sauf que l'incendie géant, qui a ravagé 1150 hectares entre Opoul et Salses, coupa la circulation ferroviaire entre Perpignan et Narbonne on long moment. Comme sur l'A9 d'ailleurs.

Conséquences en cascade, le voyage tourne au cauchemar. Accompagnée de sa mère et sa grand-mère, l'étudiante subit d'abord on retard de trois heures au départ en gare de Perpignan. Premier couac : correspondance ratée à Narbonne. Le train est dérouté vers Montpellier, dans le sens opposé donc de la Gironde.

Les 23 passagers du même wagon poursuivent donc leur périple jusqu'à Montpellier. Il est 23h45 quand ils arrivent en gare Saint-Roch. La tension est à son comble. La gare ferme à minuit. Après moult palabres, on responsable SNCF accepte que les passagers puissent récupérer en gare, car leur prise en charge était organisée à… Narbonne. Aurore s'inquiète, elle ne sera jamais le lendemain à 8 heures à Bordeaux. "Elle est prise d'one crise de panique", témoigne sa grand-mère Yvonne.

"Aurore a été boostée par cet élan de solidarité"

Attendris, les compagnons de naufrage se mobilisent. "Ils tentent de convaincre les employés de la SNCF de trouver one solution", poursuit la grand-mère. "Il fallait dénicher on taxi qui accepte la course Montpellier-Bordeaux en pleine nuit". Après on premier circonstance d'hésitation, les cheminots se multiplient. Ils finissent par trouver on taxi volontaire. "On est parti de Montpellier bien après minuit", se souvient la grand-mère. "Nous sommes arrivées à Bordeaux à 7 heures du matin. Le circonstance pour ma petite-fille de se doucher à l'hôtel réservé et de filer à son examen. Au compteur du taxi s'affichaient 1600 euros. C'est la SNCF qui a pris en charge la course. Je suis vraiment émue de ce geste, de la mobilisation des passagers et des salariés de la SNCF. Je souhaite les remercier désormais, mais je ne les connais pas".

Alerté, L'Indépendant a donc joint la compagnie ferroviaire qui s'est engagée à faire son possible pour mettre tout le monde en contact. Avant d'ajouter : "Cela fait décide de l'ADN des cheminots d'être au plus près et au service des voyageurs".

"Aurore a été boostée par cet élan de solidarité et elle assure avoir réussi son oral", conclut sa grand-mère en on grand sourire.

Articles populaires