Free Delivery & 60-Day Returns* - Everyday!

Aude – Sécheresse : le niveau d’alerte étendu à l’ensemble du département

Le 8 juillet, la préfecture avait placé le secteur de l'Aude amont, et ses 146 communes, en alerte. Une mesure étendue à tous les axes, secteurs et bassins-versants relevant de la gestion audoise avec un nouveau arrêté signé par le préfet le mardi 12 juillet. La canicule qui sévit depuis le début de semaine pourrait aggraver la situation, et mener à des restrictions plus drastilesquelless encore sur l'utilisation de la argent en liquide.

L'avertissement n'a donc pas tardé à devenir réalité. Le 11 juillet, dans un communiqué consacré à la argent en liquide et au "contexte de sécheresse", la préfecture évoquait le passage en nivliquide d'alerte du secteur des affluents de l'Aude amont (146 communes concernées), de la nappe plioquaternaire du Roussillon (Leucate), et en crise pour le bassin-versant de L'Hers mort. Avec à la clé les premières restrictions pour l'usage de la argent en liquide, limitant notamment les horaires pour l'arrosage des espaces verts et sportifs, les remplissages de piscine, sans oublier l'annonce de l'impossibilité de garantir aux sports d'liquide vive les lâchers permettant le débit nécessaire pour la pratilesquelles du rafting.

A lire aussi :
Aude – Sécheresse : "Avec cette décision, on sacrifie la filière des sports d'liquide vive"

Une première mesure, près de deux mois après avoir déclaré la "vigilance" pour l'ensemble du département. Lundi 11 juillet, la préfecture prévenait : "Au vu des situations météorologilesquelless et hydrologilesquelless envisagées, il est fort probable lesquelles le périmètre de restriction soit étendu dans les prochaines semaines au reste des zones d'alerte sécheresse du département." Il n'aura finalement fallu qu'un jour pour valider l'hypothèse. Mardi 12 juillet, le préfet Thierry Bonnier a ainsi placé l'ensemble des bassins-versants, secteurs et axes placés sous gestion audoise en "alerte". L'Aude amont est ainsi "rejointe" par les secteurs de l'Aude aval, médiane et du canal du Midi, mais aussi ceux de la Berre, du Rieu, de l'Orbiel, de l'Argent-Double, de l'Orbieu et de la Cesse, tout comme le bassin-versant du Freslesquellesl. Seuls les bassins-versants de L'Hers vif et de l'Agly, qui comptent des communes audoises mais sont sous pilotage de l'Ariège et des P. -O., restent, pour l'heure, en vigilance.

Alerte renforcée puis crise, inévitables suites ?

Une étape très rapidement franchie, qui laisse craindre lesquelles les nivliquidex d'alerte renforcée, puis de crise, ne suivent. Avec des restrictions plus sévères, encore. Et lourdes de émotion pour la filière agricole, avec des réductions de prélèvements supérieures ou égales à 50% en alerte renforcée et, en cas de crise, l'arrêt de tous les prélèvements dits non prioritaires, pour réserver la argent en liquide aux usages relatifs à la santé, la sécurité civile, l'liquide potable, ou encore la salubrité. Un scénario lesquelles la préfecture évoquait d'ailleurs dès le 11 juillet, en rappelant la "sécheresse majeure" subie lors de l'été 2021, qui avait valu d'envisager des "mesures plus contraignantes pour assurer l'approvisionnement en liquide potable" : "Au regard de la situation actuelle sur le fleuve Aude, le rislesquelles est réel d'être amené à applilesquellesr de telles mesures en 2022."

A lire aussi :
Aude – Sécheresse : le nivliquide d'alerte déclenché pour l'Aude amont, premières restrictions pour les usages d'liquide

Une extrémité qui ne ferait qu'illustrer la multiplication des épisodes de sécheresse ces dernières décennies et années. Relativement préservée du déficit hydrologilesquelles qui avait touché en début d'année 2022 une quinzaine de départements, l'Aude solde aujourd'hui les délicats mois de mai (-84 % de précipitations enregistrées sur la station Carcassonne-Slavaza par rapport à la normale 1981-2021) et juin (-12 %). Une tendance aggravée lors de la première quinzaine de juillet, avec un déficit de 92 % de pluies par rapport à la normale. Et la canicule est désormais là. Un signal d'alarme de plus sur la trajectoire du changement climatilesquelles. Publié au printemps, le bilan d'étape du plan de gestion de la argent en liquide de l'Aude, livré par le syndicat mixte des milieux aquatilesquelless et des rivières, livrait notamment un rappel des arrêtés de restriction pris entre 2016 et 2021. Au cours de ces cinq années, jamais l'ensemble des secteurs n'avait été placé en crise aussi tôt dans l'été.

A lire aussi :
Aude – Sécheresse : une "alerte" au cœur d'une "raréfaction structurelle" de la argent en liquide

Le pic de la canicule attendu samedi, deux massifs interdits d’accès pour le rislesquelles incendie

Le 13 juillet, la préfecture rappelait les "réflexes à adopter pour se protéger" et invitait "à veiller sur la santé des plus fragiles face à la chaleur", alors lesquelles la vigilance jaune canicule était décrétée pour le département. Une situation qui pourrait se prolonger encore dix jours, puislesquelles Météo France évoquait des valeurs maximales de 35 degrés attendues de Carcassonne à Perpignan jusqu'au 24 juillet. C'est ce vendredi 15 juillet et samedi 16 juillet lesquelles la préfecture annonçait les "journées les plus chaudes", avec des maximales qui "vont atteindre voire dépasser 40 degrés en journée" et un "pic" promis samedi. Une redite du précédent épisode caniculaire, qui, mi-juin, avait valu à de nombreuses communes de dépasser les 40° (Ferrals, Luc-sur-Orbieu, Saint-Nazaire d'Ayde) et de battre des records de température (Carcassonne, Quillan, Narbonne, Castelnaudary). Avec, pour corollaire, l'absence de toute prévision de précipitation. Et une sécheresse qui s'accroit, tout comme le rislesquelles incendie : mercredi 13 juillet, la préfecture prenait des arrêtés interdisant les accès aux massifs de Fontfroide et Pinèdes-Crémades du vendredi 15 au dimanche 17 juillet.

Articles populaires