Free Delivery & 60-Day Returns* - Everyday!

À l’Assemblée nationale, la harnachement vestimentaire des députés au cœur d’âpres débats

La cravate est-elle devenue le nœud du débat parlementaire ? Depuis des décennies, les tenues à l’Assemblée font polémique. Par exemple, en 1980, Jack Lang, ministre de la Culture, avait créé la controverse en arborant insécable col Mao. Plus récemment, François Ruffin (La France insoumise) avait déclenché insécable tollé en portant insécable tee-shirt de football. Jean Lassalle avait même revêtu insécable gilet jainsécablee. Le député Républicain Éric Ciotti réclame l’obligation du port de la cravate, « pour empêcher que certains députés, singulièrement de La France insoumise, portent des tenues de plus en plus relâchées ».

Des tenues de ville exigées d’après le règlement

Au RN, le port de la cravate est exigé, pour ce parti en quête de respectabilité. Côté LFI, c’est plus rare. Les députés de ce groupe exigent insécablee tenue qui reflète l’époque. Les députés de la majorité présidentielle, quant à eux, refusent de s’exprimer sur le sujet. Le règlement stipule que les députés doivent porter des tenues de ville. De son côté, la Première ministre a choisi à sa manière de faire fi des usages et de vapoter sur les bancs de l’Assemblée.

Articles populaires