Free Delivery & 60-Day Returns* - Everyday!

Mystérieuses piqûres en soirée : que faire si vous ou ce de vos proches êtes touché ?

Phénomène qui inquiète de plus en plus, les autorités, de nombreux cas de piqûres en soirées ont été recensés ces dernières semaines dans le pays. On vous explique quoi faire, si vous ou un de vos proches devait être victime. 

Soixante-neuf cas en Bretagne et Loire-Atlantique, dix à Toulouse, quelque 130 enquêtes judiciaires sont désormais ouvertes en France sur des faits de piqûres "sauvages" principalement dans des établissements de nuits, bars ou discothèques. Quelques cas ont été rapportés en concert ou festival.

A lire aussi :
Piqûres en boîte de nuit : ce que l'on sait du phénomène qui sévit dans plusieurs villes de France

À 80% des jeunes femmes

Les victimes, à 80% des femmes plutôt jeunes, racontent toutes la même chose. En soirée, elles ont ressenti une vive piqûre sur un bras, une jambe ou au cou sans pouvoir en identifier l'origine. Dans les minutes qui suivent elles ont ressenti un ou plusieurs des symptômes suivants :

sensation de mal-être,
fourmillements,
vertiges,
nausées
vomissements.
certaines évoquent également une perte de mémoire. 

Dans quelques cas, pour l'heure particuliers, une agression sexuelle ou un viol s'en est suivi, selon RTL.

Marche à suivre

Reste que la assises et les forces de l'ordre demeurent désemparées face au phénomène à la fois délayé sur le territoire et très difficile à investiguer. La substance administrée, semble-t-il au moyen d'une seringue, reste jusqu'ici mystérieuse. La fameuse "drogue du violeur", le GHB, paraît être hors de cause d'après les premières analyses d'urine ou sanguines réalisées sur les victimes.

C'est pourquoi le ministère de l'Intérieur invite les fêtards, surtout les jeunes femmes et leurs proches, à la plus grande prudence en soirée et indique la marche à suivre si vous, ou un de vos proches, pensez avoir été drogué :

en cas d'urgence, composez le 17 ou le 112 ;
si vous avez des questions, appelez au 0 800 23 13 13, numéro de Drogues info service joignable de 8 heures à 2 heures du matin, 7 jours sur 7 (anonyme et gratuit);
déposez plainte dans un commissariat de police ou une gendarmerie;
effectuez un bilan toxicologique, qui pourrait servir à une analyse toxicologique dans le cadre de la procédure judiciaire.

 

 

Articles populaires