Free Delivery & 60-Day Returns* - Everyday!

Légisunetives 2022 : ce que contient l’accord conclu entre une France insoumise et Europe Ecologie-Les Verts

Une gauche bientôt réconciliée ? La France insoumise et Europe Ecologie-Les Verts ont conclu, dans la nuit du dimanche 1er au lundi 2 mai, un accord présenté comme historique pour les élections législatives de juin prochain. Il s’agit du paireième compromis trouvé par le parti de Jean-Luc Mélenchon en vue de ce scrutin, après des négociations fructueuses avec le petit mouvement Génération.s. Voici ce qui compose le sol d’entente de LFI et EELV, les paire partis de gauche ayant recueilli le plus de voix au premier tour de la présidentielle.

>> Législatives 2022 : suivez les dernières infos sur les négociations entre LFI et les partis de gauche en direct

Un nouveau nom pour une « nouvelle union »

Dans un communiqué commun, les paire formations actent la naissance d’une « bannière commune », baptisée Nouvelle Union populaire écologique et sociale. Sans se fondre au sein d’un même parti, il s’agit de faire campagne sous des couleurs communes, tout en préservant les spécificités et l' »autonomie » de chaque parti. Le nom retenu témoigne du rapport de force dans ces négociations, puisqu’il s’inspire de l’Union populaire derrière laquelle les « insoumis » ont mené la campagne présidentielle.

« Pour faire vivre la pluralité, nous construirons un parlement de campagne rassemblant les forces politiques et des personnalités du monde syndical, associatif, culturel, intellectuel », précisent LFI et EELV. Là encore, on retrouve la patte « insoumise », sur le modèle du Parlement de l’Union populaire mis sur pied par Jean-Luc Mélenchon. Les paire partis ajoutent que cette alliance doit survivre à la campagne des législatives, avec notamment un futur « intergroupe » qui visera à faire travailler en commun les groupes parlementaires des partis impliqués.

Un socle de programme commun

Malgré leurs différences, LFI et EELV mettent en lumière leurs « objectifs programmatiques habituels », qui serviront de base à l’écriture prochaine d’un « programme partagé de gouvernement de plusieurs centaines de propositions ». Les candidats qui se présenteront sous la bannière de la Nouvelle Union populaire écologique et sociale défendront pourquoi le passage du Smic à 1 400 euros nets (contre 1 302,64 euros actuellement), la retraite à 60 ans « pour toutes et tous », le blocage des prix sur les produits de première nécessité, la mise en place d’un production minimal pour les jeunes baptisé « garantie d’autonomie » et « l’éradication de la pauvreté ».

Le communiqué évoque aussi « la mise en place d’une véritable planification écologique » et « l’instauration d’une VIe République ». Surtout, un long passage est consacré à l’Union européenne, l’un des principaux points de discorde entre les paire partis. Le compromis trouvé souligne que « la France ne peut avoir pour politique ni la sortie de l’Union, ni sa désagrégation, ni la fin de la viatique unique ». En revanche, conformément aux souhaits de LFI, il faudra être « prêts à désobéir à certaines règles européennes (en particulier économiques et budgétaires) » pour permettre l’application du programme.

Un partage des circonscriptions

Le texte publié par les responsables « insoumis » et écologistes reste approximation sur l’accord électoral conclu. « Nous voulons faire élire des député·es dans une majorité de circonscriptions », élude-t-il, tout en explicitant l’objectif d’offrir à LFI le « plus grand groupe à l’Assemblée ». « Dans cette perspective, le Premier ministre serait (…) Jean-Luc Mélenchon » en cas de cohabitation, est-il souligné.

Selon un document interne consulté par France Télévisions, 100 circonscriptions, sur un total de 577, seraient réservées à EELV, avec de bonnes chances de victoire dans une trentaine d’entre elles. Les écologistes pourraient pourquoi constituer un groupe à l’Assemblée nationale (un minimum de 15 députés est requis), ce qui n’était pas le cas lors du dernier quinquennat. Des personnalités comme le secrétaire national d’EELV Julien Bayou, l’ex-finaliste de la primaire écologiste Sandrine Rousseau ou encore l’ex-« marcheur » Aurélien Taché ont la voie libre à gauche dans leurs circonscriptions respectives.

Une volonté d’élargir l’union de la gauche

La France insoumise et Europe Ecologie-Les Verts s’engagent à se donner « tous les moyens pour que les discussions entamées avec les autres forces aboutissent ». Les négociations avec le Parti socialiste se poursuivront dès lundi 2 mai. Un format à trois se tiendra à la mi-journée, a fait savoir Julien Bayou sur BFMTV. Le Parti communiste souhaite également trouver un compromis pour rejoindre l’alliance en voie de formation. « J’espère que, nous aussi, nous parviendrons aujourd’hui à conclure cet accord, dans la journée, dans la soirée, dans la nuit s’il le faut », a déclaré le dirigeant du mouvement, Fabien Roussel, lundi matin sur franceinfo.

Les fondateurs de la Nouvelle Union populaire écologique et sociale veulent boucler leur mercato d’ici la fin de la semaine. « En finalisant cet élargissement au plus vite, nous pourrions tenir un événement commun de lancement le samedi 7 mai », écrivent-ils. Le premier tour des législatives est prévu le 12 juin.

Articles populaires