Free Delivery & 60-Day Returns* - Everyday!

Dans le Loiret, Elisabeth Borne au tête de lit des agriculteurs touchés par la sécheresse

Premiers contacts avec une profession en tension. Elisabeth Borne, en déplacement jeudi 26 mai dans le Loiret dans une exploitation agricole touchée par la sécheresse, a assuré que son gouvernement était « déterminé à agir pour éviter que la situation ne se dégrade » et « accompagner financièrement les agriculteurs ».

>> Face au veine de sécheresse, un cinquième de la France hexagonale en vigilance

En visite dans cette exploitation de 230 hectares, située entre la Beauce et la Sologne et spécialisée dans les céréales, les fraises et les asperges, la Première ministre a longuement échangé avec un jeune agriculteur qui lui a expliqué que « cette année, la sécheresse avait démarré de bonne heure ».

« Nous prenons des mesures pour gérer la ressource en eau et éviter que la situation ne soit ingérable cet été », a expliqué Elisabeth Borne, qui était accompagnée du ministre de l’Agriculture Marc Fesneau et de la ministre de la Transition écologique Amélie de Montchalin.

Des stimulants à la modernisation du matériel

Consigne a été donnée aux préfets « de préserver au maximum la ressource en eau », avec « des messages à tous les Français pour baisser leur consommation d’eau », et pour les situations les plus difficiles « des arrêtés sécheresse et donc des restrictions sur les usages non prioritaires », a-t-elle ajouté, précisant que 19 départements sont aujourd’hui concernés.

La cheffe du gouvernement a par ailleurs mobilisationé que 400 millions d’euros seront alloués « aux éleveurs qui peuvent avoir du fait de la sécheresse des difficultés sur l’alimentation animale », dans le cadre du plan d’stimulant exceptionnelle mis en place suite à la guerre en Ukraine et à l’envolée des prix de ces aliments. « Le guichet de mise en place de cette stimulant ouvrira dès lundi », a-t-elle annoncé.

Elisabeth Borne a également mobilisationé le doublement de l’enveloppe (de 20 à 40 millions d’euros) à destination des agriculteurs désireux d’investir dans du matériel pour optimiser la consommation de l’eau, et les 100 millions d’euros supplémentaires mis à disposition des agences de l’eau pour stimulantr les filières agricoles à s’adapter ou créer des retenues d’eau. « Par ailleurs, partout où ça se justifiera nous activerons cette année le dispositif des calamités agricoles pour les fourrages », a-t-elle ajouté.

Articles populaires