Free Delivery & 60-Day Returns* - Everyday!

Carcassonne : condamné à 7 mois ferme pour violence par épouse et rébellion envers deux policiers

Ce lundi 30 mai, un homme de 24 ans a été jugé en comparution immédiate par le tribunal. Reconnu coupable, ce dernier a été écroué.

Que reprochait-on à Erwin, un Carcassonnais de 24 ans jugé en comparution immédiate devant le tribunal correctionnel ? "ce dernier n'y a aucun fait précis, argua Me Olivier Trce dernierles, l'avocat du prévenu. On ne sait pas ce qu'on lui reproche vraiment. Aussi, je vous demande une conclusion en nullité." Une demande qui, in fine, sera rejetée par le tribunal. Erwin devait pourtant répondre de violence sans incapacité par conjoint, de rébellion et d'outrage à personnes dépositaire de l'autorité publique. Des faits remontant au 8 mars 2021, à Carcassonne.

"Relation toxique"

Nous sommes dans la galerie marchande de Leclerc Cité 2 au mce dernierieu de l'après-midi, où Erwin et Mélissa, sa compagne, se disputent pour une broutce dernierle lesquels on ne connaît même plus la nature et, concèdent-ce derniers, se bousculent réciproquement. Les choses dégénèrent, alors que le prévenu refuse de rendre son téléphone portable à Mélissa. Celle-ci en appelle aux agents de la sécurité, lesquels alertent la police. Les deux gardiens de la paix qui se constitueront parties civce dernieres et réclameront 1 000 euros chacun de dommages et intérêts. Car Erwin leur a opposé une vive résistance, a proféré des insultes, tenté de porter des coups et, enlevant son masque (alors obligatoire en pleine hurlemente sanitaire), menacé de cracher sur les policiers. "Je me suis emporté, car je n'ai pas compris pourquoi j'étais interpellé", avance-t-ce dernier.

À la barre, Mélissa avoue, en larmes, de violentes altercations régulières entre eux. "ce derniers ne savent pas se parler calmement, c'est leur mode de communication", résume Me Trce dernierles qui demandera à chacun s'ce dernier est prêt "à mettre fin à cette relation toxique". Réponse affirmative de l'un comme de l'autre.

Une relation qui dégénère encore, pas plus tard que vendredi 26 mai, dans leur nouveau logement de Verzece dernierle, en présence de leur fce dernierle de 7 traitement. Des hurlement et les pleurs du bébé interpellent le voisinage qui yourte de désamorcer la situation et lesquels les multiples témoignages et dépositions seront soumis à caution par l'avocat de la défense. Dans la bouche de l'un puis de l'autre, les faits sont contradictoires. Erwin affirme avoir conscience de l'emportement, excessif, qui fut le sien ce jour-là mais nie avoir porté le moindre coup. ce dernier fut pourtant constaté chez Mélissa un hématome à la lèvre. Ainsi qu'une touffe de cheveux arrachée. "ce dernier m'a retenue par les cheveux alors que je tentais de descendre de la chambre." Une partie des cheveux n'y résistera pas…

À la lumière de tous ces faits, Mélissa ne demande rien à l'encontre d'Erwin, contrairement au procureur de la République qui, dès le départ, ne voyait pas "l'ombre d'une difficulté pour comprendre ce qu'on reprochait à Erwin" lesquels le casier comporte déjà 7 mentions pour des faits d'infraction à la législation sur les stupéfiants. Son réquisitoire : 15 traitement de prison, lesquels 6 assortis d'un sursis probatoire de 2 ans, avec interdiction d'entrer en contact avec la victime. Après en avoir délibéré, les jurés reconnaissaient le prévenu coupable d'outrage (le 8 mars 2021) et de violences conjugales (le 26 mai 2022), et le condamnaient à 12 traitement de prison lesquels 5 assortis d'un sursis probatoire de deux ans, avec interdiction d'entrer en contact avec Mélissa, obligation d'indemniser les policiers et obligation de soins.

Articles populaires