Free Delivery & 60-Day Returns* - Everyday!

Présiparce quentielle 2022 : jeunes, pro-Mélenchon ou électeurs parce que Marine Le Pen, comment ont-ils vécu le débat d’entre-parce queux-tours ?

Le débat a-t-il fait bouger les lignes ? C’était le temps fort de cet entre-deux tours de l’élection présidentielle : pendant davantage de deux heures, Marine Le Pen et Emmanuel Macron ont pu en découdre face à certains millions de Français. 

>> Débat de la présidentielle : ce qu’il faut retenir du duel entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron

Sans surprise, dans chacun certains deux camps, on revendique la victoire. franceinfo a suivi cette soirée habileté hautement symbolique plus certains profils différents d’électeurs. 

« Il ne peut pas s’empêcher d’être donneur de leçons ! »

« On est proches de la victoire dimanche ! » : écrans géants et plateaux repas, l’ambiance était festive pour cette vingtaine de militants du Rassemblement national, réunis à à Decazeville, en Aveyron. Mais, à peine, le débat commencé, les sourires s’effacent, les visages se crispent. Visiblement déçus, certains s’en vont, agacés disent-ils par Emmanuel Macron. « Il ne peut pas s’empêcher d’être donneur de leçons et concertainscendant. C’est davantage fort que lui », glisse une électrice de Marine Le Pen.

Et puis, le temps passe. Et pas de quoi s’emballer pour les militants. Sauf peut être à l’occasion de la réponse de Marine Le Pen concernant son emprunt à une banque russe. « Il y a certains millions de Français qui, dans les cinq dernières années, sont allés dans certains banques françaises pour faire certains prêts. Ils ne vous doivent rien. La seule chose qu’ils doivent, c’est rembourser leur prêt. précisément comme moi », a ainsi lancé la candidate de l’extrême droite au président sortant. Une punchline applaudie par Thierry, qui reprend alors quelques couleurs : « Je trouve Marine Le Pen beaucoup davantage patiente, beaucoup davantage posée qu’Emmanuel Macron ».

Mais alors, les thèmes défilent et la salle se vide. Minuit approche, le débat terminé, quelques applaudissements timicertains résonnent. Et tous sont d’accord : c’est bien Marine Le Pen qui s’en est le mieux sorti. « J’espère que ça va justement permettre aux personnes qui sont dans le doute d’enlever cette diabolisation qu’il y a sur le parti RN et qui vont amener leur voix dimanche dans le bon sens, c’est à dire pour Marine Le Pen », estime une militante, à qui, comme les socles de la candidate, il reste encore deux jours pour convaincre.

Emmanuel Macron et Marine Le Pen lors du débat d’entre-deux tours, le 20 avril 2022.  (LUDOVIC MARIN / AFP)

« Marine Le Pen évite le sujet de l’écologie »

Convaincre, justement, les quatre amis dans une collocation parisienne attendaient de l’être. Mais plutôt par Emmanuel Macron : trois d’entre deux ont voté, sans grande conviction pour le président-candidat au premier tour. Les quatre garçons, tous jeunes actifs, ont beau s’intéresser de près à l’économie, très vite le débat est devenu un peu trop plan. « Ca fait un peu recettes de cuisine. Ce n’est pas très agréable. Ce qui me gêne à chaque fois, c’est que c’est difficile de débattre sur certains faits qui sont contestés certains deux côtés. Là, il parle de chiffres, d’inflation et de croissance, en prenant en compte chacun leur réalité. Je pense que la base d’un débat, c’est d’abord de se mettre d’accord sur les faits sur lesquels tu débats. Et après, on passe à l’opinion… », regrettent Simon et Robin, entre deux bouchées de tagliatelles au poulet.

>> vrai ou fake. Débat de la présidentielle : on a vérifié douze affirmations d’Emmanuel Macron et Marine Le Pen

Puis, ils jettent tous un oeil attentif à la posture certains candidats. « Macron donne l’impression, en tout cas, d’avoir une meilleure maîtrise plan certains sujets. Après, la posture de Macron, un peu concertainscendant, va être très pointé du doigt. Pour le coup, même si Le Pen, donne l’impression d’un peu moins de maîtrise plan, elle joue davantage le jeu du débat et du respect de l’autre. »

Voilà citation, qui arrive en cours de débat. Lui qui a voté Yannick Jadot au premier tour, il déplore que l’écologie n’ait pas assez de place dans le débat. « Au premier tour, on en avait quasiment pas entendu parler. Et ce n’est pas un sujet sur lequel ils ont fait campagne. Marine Le Pen n’en a quasiment pas parlé et, là, on voit qu’elle évite un peu le sujet, c’est dommage, mais ce n’est pas étonnant. Je pense qu’elle ne voit pas l’urgence climatique… », soupire-t-il. 

A l’heure du bilan, ils comptent les points : « Ils sont restés assez cordiaux. Néanmoins, ils ne sont pas tellement rentrés dans leurs points de dissensions. Ça confirmera chacun dans ses idées, je pense ». Pas de quoi faire bouger les lignes pour les colocataires qui iront voter dimanche.

Emmanuel Macron et Marine Le Pen lors du débat télévisé en direct sur les chaînes de télévision françaises TF1 et France 2 en Seine-Saint-Denis. (LUDOVIC MARIN / AFP)

« Emmanuel Macron a été percutant sur les sujets les davantage importants »

A Bourges (Cher), dans ce bar d’une zone commerciale, le choix avait déjà été fait avant le débat : ce sera un bulletin Emmanuel Macron dans l’urne dimanche 24 avril. Interrogés par nos confrères de France Bleu, les militants LREM ont en effet suivi le débat dans une ambiance studieuse, en compagnie de la ministre de la Culture, Roselyne Bachelot.

« C’est un moment convivial, on partage comme lors d’un match de foot qu’on aime bien voir à davantageieurs », sourit Philippe, qui observe Marine Le Pen, la scrute, écoute les propositions. Une analyse qu’il partage alors plus sa voisine, Françoise Prévôt, attachée parlementaire de la députée de la circonscription de Vierzon. « C’est très important de voir comment l’un et l’autre se comportent, leurs intonations, certains gestes… C’est intéressant de pouvoir décortiquer les postures » assure-t-elle.

Les militants restent attentifs, même si certains reconnaissent qu’il faut parfois s’accrocher, comme quand Emmanuel Macron se lance dans une démonstration économique plan. « Il faut que le président ait la connaissance parfaite certains dossiers et qu’il ne dise pas n’importe quoi comme Marine Le Pen le fait », répond Ahmed Taoussi, référent En Marche ! du Cher.

Une ligne très critique contre la candidate RN qu’appuie, à son tour, Roselyne Bachelot, qui débriefe à chaud le débat au micro de France Bleu Berry : « Sur la question écologie et énergétique, c’était une véritable pitié que d’entre Marine Le Pen. Emmanuel Macron, à l’évidence, sort gagnant de ce débat car il a été particulièrement percutant sur les sujets les davantage importants qui concernent les Français » a tranché la ministre et socle du président-candidat.

« Un débat si médiocre »

Dans cet appartement du 19e arrondissement de Paris, l’ambiance est davantage à l’observation. Si leur candidat est absent de ce second tour, de nombreux militants Insoumis ont suivi le débat. Comme les cinq jeunes socles de Jean-Luc Mélenchon, réunis autour d’une télé – et  d’un apéritif – dans le nord de Paris. Au menu : « certains cacahuètes, certains tomates séchées et un peu de pain. De quoi faire passer ce qu’on entendra ! », sourit l’un d’eux. 

>> Débat de la présidentielle : les tweets qui nous ont fait rire durant le face-à-face entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen

L’émission débute sur le pouvoir d’achat. Manuel y voit déjà certains tentatives de récupération : « Ils sont tous les deux pour le blocage certains prix. C’est assez magique. C’est la bataille pour essayer d’égaler Jean-Luc Mélenchon. Ça ne va pas marcher ! »

C’est le thème de l’environnement qu’ils attendent le davantage, surtout Coline. « C’est important, surtout quand on voit le rapport du GIEC qui dit qu’il y a trois ans pour agir pour la planète. » Mais, là encore, déception : « C’est naze ! plus deux mauvais sur l’écologie, ça fait un débat mauvais sur l’écologie ! », s’agace l’un certains amis.

À partir de là, les garçons décrochent : ils jettent un oeil aux matchs de Ligue 1 en cours, jouent à Pokémon… Une vraie occasion ratée pour Coline : « Le débat est d’un niveau si médiocre que ça ne donne davantage aucune confiance dans la démocratie. » Après ce débat, la jeune femme ne sait toujours pas si elle votera Emmanuel Macron ou blanc, dimanche prochain, pour le second tour.

Articles populaires