Free Delivery & 60-Day Returns* - Everyday!

Présidentielle – Pouvoir d’achat, culture, environnement… Les 60 propositions des lecteurs de L’Indépendant

Dans le cadre de la campagne présidentielle, durant sept semaines, nous vous avons demandé quelles seraient, selon vous, les mesures que devraient prendre le futur président de la République. Que ce soit en matière de pouvoir d’achat, d’environnement, d’emploi, de mobilité ou encore de culture, vous avez été nombreux à nous fait part de vos idées sur lindependant.fr. Nous avons récolté plus de 400 propositions. 

Du 14 février jusqu’au 1er avril, la rédaction de L’Indépendant a sollicité ses lecteurs pour leur poser cette question : « Et vous, si vous étiez président de la République, quelle mesure prendriez-vous ? ».

En sept semaines, nous avons reçu plus de 400 réponses, 405 précisément. Sur toutes les contributions de nos lecteurs, en voici une sélection.

• Vos propositions pour le pouvoir d’achat 

Charles, 77 ans, de Gruissan : « Il faut que la TVA sur les carburants soit à 5,5 %. Cela baissera le prix des transports, et du même coup le prix des marchandises. Les Français consommeraient davantage ce qui compenserait les pertes dues à la baisse de la TVA ».

Pour Mario, 62 ans, de Narbonne : « Il faudrait une baisse significative des taxes car quand il y a une augmentation de salaires ou de pensions tout augmente plus que ce qui est donné. À la sortie, le pouvoir d’achat diminue encore plus ».

Francis 61 ans de Prades : « Mettre en place des quotas pour l’électricité et l’eau. Une gratuité totale pour tant de kWh et tant de m3 d’eau par personne. Ensuite, c’est simple, plus tu consommes après les quotas plus tu payes. Cela redonne du pouvoir d’achat sans coûter un centime à l’État et les plus pauvres pourront au moins se doucher et se chauffer dignement. »

La hausse du pouvoir d’achat passera par moins de charges sur les entreprises et un rallongement du temps de travail

Laurent de Carcassonne : « Baisse de 50 % des charges sociales en contractualisant auprès des employeurs volontaires pour augmenter les salaires de 30 % et pour embaucher. »

A lire aussi :
Pouvoir d’achat dans les Pyrénées-Orientales : à La Jonquera, « entre les courses et le plein, on économise de 15 à 20 euros »

Jacques de Carcassonne, 70 ans : « La hausse du pouvoir d’achat passera par moins de charges sur les entreprises et un rallongement du temps de travail, ce qui améliorerait la productivité et la compétitivité. In fine il y aura plus d’argent pour les Français. »

Jean-Raymond, 75 ans de Perpignan : « Rétablir l’indexation des salaires et des retraites sur les prix comme dans les années 1974 ».

Jordi de Perpignan, 54 ans : « Les autoroutes devraient être gratuites comme en Espagne »

Morgane de Bélesta : « Sortir les matières premières et les produits de première nécessité du système de bourse et baser sur les prix de revient à la production »

• Vos propositions pour lutter contre les déserts médicaux 

Denis de Roquefeuil, 69 ans : « Il faut des médecins de l’armée dans chaque canton dépourvu ».

Jacques de Carcassonne, 70 ans : « Il faut salarier un médecin dans chaque commune de plus 1500 habitants.”

Françoise, de Bouisse, 72 ans : “Adopter le même modèle qu’au Québec avec l’engagement de jeunes médecins à s’installer, pendant un certain nombre d’années, dans des zones où le besoin est nécessaire en échange d’aides”.

A lire aussi :
Aude – Déserts médicaux : « Je coupe mes cachets en deux pour que la boîte dure plus longtemps »

Frédéric, un habitant du pays de Sault de 55 ans : « Ouvrir les postes de médecins dans les campagnes aux métiers de la santé de la fonction publique de catégorie A”.

Établir des quotas maximum de médecins par zone géographie en fonction de la population

Nadine de Perpignan, 55 ans : “Obliger les jeunes médecins à effectuer les deux premières années de leur activité dans une zone où il y a pénurie de médecins. Les jeunes profs ne choisissent pas leur première affectation et sont bien moins rémunérés que les jeunes médecins. Il ne faut pas oublier que les études de médecine sont gratuites et même rémunérées à partir de la quatrième année et que les médecins sont payés par la sécu donc par tous les cotisants.”

Dominique de Thuir, 74 ans : “Refuser le conventionnement des médecins désirant s’installer dans les zones bien pourvues et dans ce même objectif astreindre les nouveaux médecins à s’installer dans les zones blanches : on leur paie leurs études, leurs établissements pour étudier, ils doivent bien ça au pays.”

Emily de Brouilla, 33 ans : “Établir des quotas maximum de médecins par zone géographie en fonction de la population. Les médecins ne pourraient ainsi plus s’installer tous dans une même zone si celle-ci est déjà suffisamment pourvue.”

Exempter de charges sociales durant 5 ans ceux qui s’installent en milieu désertique

Rodolphe de Perpignan, 66 ans : “Valoriser la consultation et exempter de charges sociales durant 5 ans ceux qui s’installent en milieu désertique, organiser les urgences”.

A lire aussi :
Les déserts médicaux dans les Pyrénées-Orientales : le docteur Christian Vedrenne, un des derniers médecins de campagne

Françoise de Cabestany, 66 ans :”Comme pour les pharmacies, pas d’autorisation d’installation de médecin (que ce soit comme salarié, associé ou libéral indépendant) s’il y en a déjà plus qu’un nombre déterminé par rapport au nombre d’habitants.”

Elisabeth de Perpignan, 59 ans : « Moduler le tarif de la consultation en fonction de l’offre de soins dans la zone considérée ».

• Vos propositions pour l’emploi 

Véronique de Tuchan, 75 ans : « Il faut développer rapidement une filière d’énergies renouvelables qui créera des emplois. Il faut également y associer des formations et les investissements nécessaires ».

Florence de Lézignan-Corbières, 56 ans : « La retraite doit être à 60 ans ce qui permettra d’embaucher des jeunes à la place ». 

Revaloriser l’apprentissage et les formations en alternance 

Jacky du Soler, 65 ans : « Il faut remettre l’apprentissage et les formations en alternance dans la balance au plus vite. Revaloriser tout cela car nombre de jeunes restent sur la touche, alors qu’elles et qu’ils sont de très bons manuels. »

Bruno de Perpignan, 57 ans : « Pour donner de l’emploi aux jeunes, il ne faut surtout pas allonger la date de départ à la retraite, une pure logique ».

Bernard, 70 ans de Narbonne : « Renoncer aux 35 heures » 

Nicole de Perpignan, 72 ans : « Diminuer les indemnités chômage et la durée du chômage ».

• Vos propositions pour les seniors 

Pierre, 73 ans, de Narbonne : « Il faut une augmentation des retraites pour pallier les hausses du coût de la vie ».

Serge, 67 ans, de Narbonne : « Sur les petites retraites de moins de 2000 euros, il faudrait supprimer les prélèvements sociaux ».

Brigitte, 69 ans, de Lézignan-Corbières : « Il faut plus de personnels pour s’occuper correctement des personnes dépendantes ».

La gratuité totale des soins médicaux, dentaires et optiques à partir de 70 ans

Bernard, 70 ans, de Coursan : « Pour mieux accompagner les aînés, il faut rendre attractif les formations puis payer normalement les soignants »

Jean-Louis de Perpignan : « La gratuité totale des soins médicaux, dentaires et optiques à partir de 70 ans »

Jacqueline de Saint-Jean-Pla-de-Corts, 74 ans : « Le droit de mourir dans la dignité »

Bruno de Perpignan, 63 ans : « Supprimer la décote pour les gens qui prennent leur retraite à 62 ans afin d’avoir un revenu correct et supprimer la surcote pour ceux qui désirent aller au-delà »

• Vos propositions pour l’environnement 

Jean de Vinça, 37 ans : « Mettre à profit nos eaux, nos torrents de montagne, notre réseau de canaux d’arrosage pour produire de l’hydroélectricité. C’est une contribution à la production d’énergie renouvelable, à la souveraineté énergétique de la France et à la production de richesse et d’emploi dans nos territoires ruraux. »

Autoriser le photovoltaïque pour les maisons individuelles dans les résidences

Florent de Perpignan, 38 ans : « Taxe carbone sur les importations ; obligation du photovoltaïque sur les maisons ; développement de l’hydrogène français à grande échelle ; développement des micro-centrales hydroélectriques sur le territoire ; négociation du tarif des carburants au niveau européen dans l’attente du développement des alternatives. »

Jean de Perpignan, 64 ans : « Supprimer le nucléaire civil et militaire et investir massivement dans les énergies « propres » ou « nettoyer » les rejets d’énergies fossiles ou sales »

Patricia, 66 ans, de Narbonne : « Il faut autoriser le photovoltaïque pour les maisons individuelles dans les résidences ».

Christine, 65 ans : « Arrêter le bétonnage à outrance dans les villes. Plus de béton, c’est plus de chaleur et plus d’inondations. Cela entraîne également la suppression d’arbres, d’animaux et augmente la pollution atmosphérique ».

Pierre, 57 ans, de Carcassonne : « Développer encore plus les aides pour l’isolation thermique des logements pour diminuer les consommations énergétiques »

Bruno d’Elne, 49 ans : « Pas de surtransposition des réglementations européennes, favoriser l’accès à l’eau et son stockage. Developper l’agrivoltaïque. »

• Vos propositions sur la mobilité 

Valentin de Saint-Laurent-de-la-Salanque, 26 ans : « Rénover et créer de nouvelles lignes LGV. Rouvrir les petites lignes TER. Aider les villes dans le développement des transports en communs. »

Anne de Perpignan, 69 ans : « Seuls les résidents pourraient entrer dans les villes avec leurs voitures, puis des pistes cyclables sécurisées devraient être prévues sur toutes les rues et routes ».

A lire aussi :
Perpignan : Le projet de RER catalan s’invite dans la campagne

Les TGV c’est bien mais ça ne profite qu’à un petit nombre de personnes

Benjamin de Perpignan, 40 ans : « Il faudrait moderniser et augmenter le trafic du réseau ferroviaire sur les lignes comme Perpignan-Villefranche ou Perpignan-Cerbère. Les TGV c’est bien mais ça ne profite qu’à un petit nombre de personnes. »

Robert de Narbonne, 65 ans : « Il faut lutter contre le réchauffement climatique donc arrêter les lignes d’avions intérieures ou vers les pays limitrophes lorsque le train est possible en moins de 4 heures. Développer et rendre gratuits les transports en commun, les pistes cyclables (prime aux salariés venant à vélo). Développer d’urgence le fret ferroviaire et le transport propre sur les canaux ! »

André de Narbonne, 65 ans : « Il faudrait revenir au 90 km/h ».

Patrick de Lézignan-Corbières, 64 ans : « Augmenter les pistes cyclables en ville ».

• Vos propositions pour la culture 

Sylvaine d’Elne, 66 ans : « Intégrer les arts et la culture comme un enseignement à part entière à l’école »

A lire aussi :
Présidentielle – Les attentes des acteurs culturels des Pyrénées-Orientales : Thierry Meier, directeur de Boitaclous, plaide pour « une distribution plus équitable des aides publiques »

Jacques de Narbonne, 70 ans : « Étendre la gratuité à tout ce qui est culturel pour les moins de 20 ans ».

Géraldine de Fleury d’Aude, 44 ans : « Un accès plus facile à la culture grâce à des réductions ou à la gratuité pour un plus grand nombre ».

Restaurer davantage notre patrimoine. La mission Bern est bien mais insuffisante !

Monique-Danielle de Saissac, 68 ans : « Les tarifs dans les grandes salles de concerts classiques devraient diminuer ».

Sylvaine d’Elne, 66 ans : « Intégrer les arts et la culture comme un enseignement à part entière à l’école ».

Simon, 37 ans, de Perpignan : « Restaurer davantage notre patrimoine (quel qu’il soit, que ce soit religieux, monumental, industriel, etc) afin de le mettre en valeur, notamment pour le tourisme. La mission Bern est bien mais insuffisante ! »

Daniel de Narbonne, 74 ans : « Privatiser les chaînes généralistes et d’information du service public audiovisuel. Il faut recentrer l’audiovisuel public autour de la culture ».

• Vos propositions pour lutter contre l’abstention 

Georges de Millas, 54 ans : « Que le vote devienne obligatoire et que l’abstention soit punie d’une amende »

Stéphanie, 40 ans, de Laroque-des-Albères : « Instaurer le référendum d’initiative citoyenne qui permet de voter pour des idées, pas pour des politiciens »

Françoise de Céret, 65 ans : « Ne pas pouvoir briguer un second mandat »

Il faudrait que la carte de vote puisse être utilisée partout en France

Denise d’Argelès-sur-Mer, 68 ans : « Pouvoir voter par internet, car lorsqu’il fait beau, les gens préfèrent profiter du soleil. »

Lydia, 64 ans et demi, d’Argelès-sur-Mer : « Il faudrait que la carte de vote puisse être utilisée partout en France. On devrait aussi prévoir les élections hors vacances et fériés et en semaine et pourquoi ne pas mettre des urnes sur les lieux de travail ». 

Alain, 68 ans, de Narbonne : « Comptabiliser les votes blancs et les inclure dans le comptage ».

A lire aussi :
Aude, parole d’un abstentionniste : « La politique est quelque chose de trop sérieux pour la confier à des hommes politiques »

Pierrette, 73 ans, de Perpignan : « Il faut un contrôle constant entre les promesses de campagne et leur exécution une fois l’élection passée ».

Retrouvons des gens qui parlent vrai aux Français

Dominique, 69 ans, de Vernet-les-Bains : « Prendre des mesures coercitives contre les électeurs serait la pire des solutions. Les politiques devraient ne plus prendre les électeurs pour des imbéciles. Il faudra beaucoup de temps mais l’on commencera à voir l’abstention diminuer. »

Jeanine, 71 ans de Perpignan : « Pour essayer de ramener les gens (et en particulier les jeunes) aux urnes, arrêtons ces campagnes à coup de sondages pendant des mois, et retrouvons des gens qui parlent vrai aux Français et qui leur montrent le chemin à parcourir pendant 5 ans sans démagogie. En notre temps de réseaux sociaux, la plus grande difficulté est de parler à tout le pays sans le ‘saucissonner’ en catégories (sur TikTok je parle aux jeunes donc je prends un air décontracté qui sonne faux) Et faire de l’instruction civique, et pas qu’aux jeunes, pour rappeler que dans l’histoire de notre pays, le droit de vote a été conquis au prix du sang du peuple. »

Articles populaires