Free Delivery & 60-Day Returns* - Everyday!

Présidentielle 2022 : Un rapport de l’UE accuse Marine Le Pen de détournements de fonds publics au Parlement européen

Selon un rapport de l’Office européen de lutte anti-fraude (Olaf), Marine Le Pen aurait détourné près de 137.000 euros de fonds publics du Parlement de Strasbourg lorsqu’elle était eurodéputée.

C’est une révélation dont Marine Le Pen se serait sans doute bien passée à quelques jours du second tour de l’élection présidentielle.

La candidate RN est accusée par l’Office européen de lutte anti-fraude d’avoir détourné près de 137.000 euros d’argent public lorsqu’elle siégeait au Parlement européen entre 2004 et 2017, selon un rapport transmis le 11 mars à la justice française mais dont l’existence a été révélée ce samedi par Mediapart.

Le nom de Louis Aliot apparaît également dans le rapport

Trois autres anciens députés européens du Rassemblement national, proches de Marine Le Pen, sont mis en cause dans ce rapport. Son père Jean-Marie Le Pen, son ancien compagnon et actuel maire de Perpignan Louis Aliot et Bruno Gollnisch, membre du bureau national du RN. En tout, le montant des sommes réclamées s’élève à plus de 617.000 euros selon l’Olaf, qui préconise leur remboursement.

Marine Le Pen et ses proches auraient « détourné des fonds publics européens à des fins de politique nationale » ou pour des dépenses personnelles, selon Mediapart. Elle aurait également validé des demandes de remboursement de frais engagés lors d’événements du parti, lesquels n’auraient pas de lien avec les mandats des eurodéputés.

Toujours selon Mediapart, la candidate RN à l’élection présidentielle aurait indiqué à l’Olaf que les événements pour lesquels l’argent du Parlement avait été utilisé avaient bien un caractère européen et qu’elle n’avait pas connaissance de certains faits qui lui sont  reprochés. Son avocat a assuré à Mediapart que Marine Le Pen « ignore tout » des conclusions du rapport auquel elle n’a « jamais eu accès ».

Articles populaires