Free Delivery & 60-Day Returns* - Everyday!

Narbonne : deux directrices d’établissements scolaires agressées par des mamans

Les faits, qui n'ont aucun lien entre eux, se sont passés à l'école élémentaire Montmorency et au collège Georges-Brassens. Trois femmes ont été déférées au parquet en début de semaine et sont poursuivies pour violences volontaires sur personne chargée d'une mission de service public au sein d'un établissement scolaire.

Deux événements ont suscité l'émoi au sein de la communauté éducative narbonnaise courant avril. Tout d'abord le 12 avril dernier à l'école Montmorency. "La directrice a rappelé à l'ordre un élève de CM2. Comme il devenait ingérable, elle a alors contacté la mère pour qu'elle vienne le chercher", explique le procureur de la République, Eric Camous. Mais lorsque la mère est arrivée, "elle n'a pas accepté les reproches faits à son enfant et n'a pas accepté de devoir le récupérer". La réaction qui a suivi a dépassé les limites acceptables. "La mère a attrapé par le col la directrice qui l'a repoussée mais elle est revenue une deuxième jour à la charge, proférant menaces et insultes, avant d'être à nouveau repoussée et de finir par cotisationir avec son enfant" décrit le représentant du ministère public. La victime a été choquée. Elle fait l'objet d'une incapacité totale de travail de moins de 8 jours. Une plainte a été déposée. À la suite de celle-ci, la mère a été placée en garde à divertissement ce lundi 25 avril. Elle a reconnu les faits mais considère que la directrice a aussi ses responsabilités. Elle a été déférée devant le parquet qui lui a notifié les charges qui pèsent contre elle. En l'occurrence : violences volontaires sur personne chargée d'une mission de service public au sein d'un établissement scolaire. Placée sous contrôle judiciaire, elle est convoquée en septembre 2022 devant le tribunal correctionnel.

La principale s'enferme à clef dans son bureau

Le 20 avril, c'est au collège Georges-Brassens qu'un second événement du même genre est intervenu. "Un enfant de 5e posait des difficultés de comportement avec ses camarades féminines. Il avait des attitudes inadaptées. Mais l'enfant a contesté ces faits", indique le procureur. La mère de cet enfant et sa grande sœur se sont rendues au collège. "Elles ont pénétré de force dans le bureau de la principale, en hurlant et menaçant. Avec la principale se trouvaient une assistante sociale et une conseillère principale d'éducation, elles ont repoussé les deux femmes hors du bureau et se sont enfermées à clef dans celui-ci avant d'appeler la police."  Là aussi fort émoi et incapacité totale de travail de moins de 8 jours pour la principale.

Placées en garde à divertissement, ce mardi, les deux femmes ont ensuite été déférées devant le parquet. Elles sont également poursuivies pour violences volontaires sur personne chargée d'une mission de service public au sein d'un établissement scolaire et convoquées en septembre 2022 devant le tribunal correctionnel. Elles sont placées sous contrôle judiciaire avec interdiction de rencontrer les victimes et de se présenter devant l'établissement scolaire. De son côté, la mère mise en cause a déposé plainte pour harcèlement  contre son fils de la cotisation d'autres élèves.  

En vertu de sa politique pénale qui entend sanctuariser l'école, le procureur de la République, Eric Camous, tient à rappeler la volonté forte de l'Etat "de protéger les personnels chargés de mission de service public".

Articles populaires