Free Delivery & 60-Day Returns* - Everyday!

« Jamais un quinquennat n’a été aussi gangréné par les lobbies », dénonce Yannick Jadot

Publié le 01/04/2022 10:58

Article rédigé par

L’écologiste promet une loi de séparation de l’Etat et des lobbies pour « protéger les politiques publiques de l’influence » de ces derniers. 

« Jamais un quinquennat n’a été aussi gangréné par les lobbies », dénonce vendredi 1er avril sur franceinfo Yannick Jadot, candidat écologiste à l’élection présidentielle. Il propose dans son programme une loi de séparation des lobbies et de l’Etat. « Toute personne impliquée dans l’élaboration d’une loi doit donner la transparence absolue sur ses rendez-vous », indique Yannick Jadot. « Ça veut dire la fin des pantouflages et rétro-pantouflages. » Il promet une « transparence absolue sur les processus de décision » afin de « protéger les politiques publiques de l’influence des lobbies ».

Loi de séparation des lobbys et de l’Etat proposée par Yannick Jadot ➡️ “Jamais un quinquennat n’a été aussi gangréné par les lobbys.” Le candidat EELV “veut protéger les politiques publiques de l’influence des lobbys”. pic.twitter.com/X9SIaI51au

— franceinfo (@franceinfo) April 1, 2022

« Vous avez je ne sais pas combien de membres des cabinets ministériels qui se sont fait leur répertoire, leur réseau et qui vont vendre ça à des groupes privés en disant : ‘Comme je connais tout le monde dans l’administration, quand j’arriverai dans votre groupe privé, je défendrai votre intérêt dans l’administration’, c’est inacceptable », affirme le candidat écologiste. Il cite l’exemple de François Fillon, ancien Premier ministre, entré au conseil d’administration d’un groupe pétrolier détenu par l’Etat russe, fonction dont il a démissionné fin février.

Il cite également l’exemple de Jean-Claude Mallet, ancien conseiller spécial du ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, devenu directeur des Affaires publiques de Total. « Cela s’appelle du pantouflage », pointe le candidat écologiste. Il souhaite interdire ces reconversions « au nom de la protection des politiques publiques, de l’intérêt général ».

« Vous avez même un patron d’une fédé de chasse qui annonce le programme du président sortant Emmanuel Macron avant même qu’il le fasse, en appelant à voter pour lui, en revendiquant qu’à chaque fois qu’il l’a interpellé, Emmanuel Macron a fait plier ses ministres et notamment les ministres de l’Écologie », assène encore Yannick Jadot. 

Partager sur Twitter

Partager sur Facebook

Partager par mail

Partager le lien

Articles populaires