Free Delivery & 60-Day Returns* - Everyday!

Yoan Crouzillat, speaker du Narbonne Volley : « Au-delà du sport, il y a le spectacle ! »

À l’occasion de la demi-finale de coupe d’Europe contre l’équipe de Ljubljana ce mardi à 19 h à l’Arena, rencontre avec Yoan Crouzillat, la « voix » des Centurions depuis la saison dernière. Sa mission : que le public reparte avec le sourire quelle que soit l’issue du match !

Vous êtes arrivé la saison dernière dans l’équipe d’animation du Narbonne Volley. Quel est votre rôle ?

Dans le milieu, on dit que je suis speaker, moi je dirai plutôt que je suis ambianceur. Mon rôle est d’ambiancer la salle, de faire en sorte que les gens bougent, s’amusent et soutiennent l’équipe. La demande du Narbonne Volley est que le public reparte avec le sourire quoi qu’il arrive.

« Sans toute l’équipe d’animation, ça n’aurait pas la même puissance »

Quel est votre secret pour chauffer la salle ?

J’essaie de trouver les mots, du son, d’aller voir le public, d’être à la fois sur le terrain et dans les tribunes. Je bouge, je me déplace à plein d’endroits différents pour essayer de surprendre le public. Je présente l’équipe, les pompons girls, les animations… Il y a plein de possibilités pour animer la rencontre (musique, ola, fan cam…) et je ne suis pas tout seul. Une caméra me suit, il y a aussi la mascotte, les danseuses et toute l’équipe technique. Sur chaque match, l’équipe d’animation représente entre 30 et 40 personnes. Sans elles, ça n’aurait pas la même puissance qu’on a aujourd’hui. D’ailleurs, on fait le point toutes les semaines, il y a un véritable travail de préparation avant chaque match.

Comment dosez-vous vos interventions entre le côté sport et l’animation ?

L’aspect sportif est très important mais ce qu’il y a autour l’est aussi. Je donne le score bien sûr et il m’arrive de mentionner le marqueur ou le serveur. Quand c’est un peu tendu sur le terrain, je vais davantage aller chercher le public. Nous avons aussi des animations et chorégraphies particulières pour certains points importants. Mais mon rôle est aussi de trouver des animations autour du match, que les gens profitent d’une autre façon, au-delà du sport. L’idée est vraiment de proposer un format spectacle.

« Je suis impatient d’y être »

Il s’agit d’un match de coupe d’Europe, cela influe-t-il sur votre métier ?

Ça fait 10 ans que je fais ce travail, j’ai fait des Jeux Olympiques, des championnats d’Europe de volley, des championnats d’Europe et du monde de handball, cela ne change rien à ma façon d’être avec le public ou à mon énergie. Si ce n’est l’excitation qui monte et le fait que ce match représente un vrai challenge pour l’équipe. Faire partie de ce challenge, c’est particulièrement grisant.

A lire aussi :
Demi-finale de Challenge Cup – Michel Mandrou, manager du Narbonne Volley : « Ce serait fantastique d’avoir 3 000 personnes à l’Arena »

3000 spectateurs sont attendus à l’Arena ce mardi soir. Avez-vous la pression ?

C’est sûr il va y avoir du monde et c’est hyper important. Que ce soit pour les joueurs ou pour nous à l’animation, plus il y a de monde plus c’est grisant. 3000 personnes : on est dans un autre délire ! Ne serait-ce que visuellement et au niveau du son, c’est pas pareil. On espère tous réussir la soirée et faire un bon match. J’avoue que je suis impatient d’y être.

« Le public accroche vraiment au concept »

Un dernier mot sur le public des Centurions ? Joue-t-il facilement le jeu ?

Aujourd’hui à Narbonne les gens qui viennent ont compris qu’ils venaient aussi s’amuser, qu’il y a quelque chose au-delà du match. Depuis le début de saison, j’ai constaté l’évolution du public qui accroche vraiment au concept. Aujourd’hui, il suffit de dire un mot pour que les gens suivent. En pariant sur l’animation, le Narbonne Volley a réussi à toucher et convaincre un nouveau public, plus jeune. Il y a toujours les habitués bien sûr mais aussi de plus en plus de nouvelles personnes, ce qui a pour effet de maintenir le taux de remplissage. Et le public attendu sur cette rencontre montre que le vivier de spectateurs est très important.

Articles populaires