Free Delivery & 60-Day Returns* - Everyday!

 » Si la loi avait été appliquée et Colonna rapproché, ce drame ne se serait pas produit », déclare le député Michel Castellani

« L’opinion, comme moi-même, va être choquée que l’on puisse mourir de cette façon », a réagi sur franceinfo le député Libertés et Territoires de la 1ère circonscription de Haute-Corse.

Article rédigé par

Publié le 21/03/2022 22:39

Temps de lecture : 1 min.

« Si la loi avait été appliquée et Colonna rapproché ce drame ne se serait pas produit », a réagi sur franceinfo Michel Castellani, député Libertés et Territoires de la 1ère circonscription de Haute-Corse, après la mort de l’indépendantiste corse Yvan Colonna, près de trois semaines après son agression en prison. « L’opinion, comme moi-même, va être choquée que l’on puisse mourir de cette façon », a-t-il ajouté

« Il est évident que toute la lumière doit être faite » sur ce qu’il s’est passé. « Mais pour le moment, l’heure est au recueillement plutôt qu’aux commentaires ou aux analyses. Nous aurons l’occasion de nous exprimer sur le fond plus tard », affirme le député.

Condamné à la réclusion à perpétuité pour l’assassinat du préfet de Corse, Claude Erignac, en février 1998, Yvan Colonna, détenu de 61 ans à la prison d’Arles (Bouches-du-Rhône), était hospitalisé depuis 19 jours à Marseille après son agression à la prison d’Arles par un co-détenu.

Partager sur Twitter

Partager sur Facebook

Partager par mail

Partager le lien

Articles populaires