Free Delivery & 60-Day Returns* - Everyday!

le directeur de prison d’Arles s’explique face à la Commission des lois de l’Assemblée nationale

Publié le 30/03/2022 16:47

Mis à jour le 30/03/2022 17:04

FRANCE 3

Article rédigé par

Pourquoi personne n’a vu l’agression d’Yvan Colonna, au moment où elle se déroulait en prison ? C’est l’une des questions posées, dans la matinée du mercredi 30 mars, au directeur de la maison centrale d’Arles. Il a été interrogé par la commission des lois de l’Assemblée nationale.

L’agression d’Yvan Colonna, le 2 mars, par un détenu radicalisé aurait-elle pu être évitée ? La commission des lois de l’Assemblée nationale a auditionné, dans la matinée du mercredi 30 mars, les directeurs de la prison d’Arles (Bouches-du-Rhône), où il était incarcéré. Pourquoi l’agression, filmée par les caméras, n’a-t-elle pas été interrompue par les surveillants ?

Pour le directeur en poste ce jour, impossible de regarder en même temps 280 caméras, tout en surveillant individuellement les détenus particulièrement signalés (DPS). « Il est impossible, et ce n’est même pas dans les prescriptions réglementaires de l’administration, de mettre un agent pour un, deux, trois ou quatre DPS », indique Marc Ollier, chef d’établissement de la maison centrale d’Arles. 

Comment le détenu radicalisé, qui avait notamment pris en otage une infirmière psychiatrique dans une autre prison, a-t-il été autorisé à travailler comme auxiliaire de ménage dans la salle de sport de la prison d’Arles ? « Rien, rien, rien, comme quoi il allait agresser Colonna, ou d’ailleurs un autre détenu », assure Marc Ollier. Une enquête pénale, diligentée par le parquet national antiterroriste, et une enquête administrative, menée par l’inspection générale de la justice, ont été ouvertes. 

Partager sur Twitter

Partager sur Facebook

Partager par mail

Partager le lien

Articles populaires