Free Delivery & 60-Day Returns* - Everyday!

le candidat communiste visé par une enquête

Le candidat du Parti communiste français à l’élection présidentielle est soupçonné d’avoir bénéficié d’un emploi d’assistant parlementaire alors qu’il n’en exerçait pas la fonction. Il affirme avoir appris l’ouverture de cette enquête par « voie de presse ».

Article rédigé par

Publié le 11/03/2022 17:50

Mis à jour le 11/03/2022 19:18

Temps de lecture : 1 min.

Le parquet national financier (PNF) a ouvert une enquête préliminaire pour « détournement de fonds publics » et « recel » de ce délit à l’encontre de Fabien Roussel, a appris franceinfo vendredi 11 mars auprès du PNF, confirmant une information de l’Agence France presse (AFP). Le candidat du Parti communiste français (PCF) à l’élection présidentielle est soupçonné d’avoir occupé un emploi fictif, comme l’avait révélé Médiapart au mois de février. 

D’après Médiapart, Fabien Roussel a bénéficié d’un emploi fictif d’assistant parlementaire entre 2009 et 2014 auprès du député communiste Jean-Jacques Candelier. Le candidat du PCF a assuré sur Twitter qu’il avait les « preuves » de son « travail de terrain » dans le Nord. Or, la cellule investigation de Radio France a contacté des responsables syndicaux dans le secteur où le candidat dit avoir travaillé : ils affirment ne pas se souvenir de sa présence auprès du député.

Le candidat communiste dit de son côté n’avoir reçu « aucune information » et avoir appris l’ouverure de l’enquête « par voie de presse ». « Si tel était le cas, je me tiendrais à disposition de la justice, comme tout citoyen », poursuit Fabien Roussel.

Partager sur Twitter

Partager sur Facebook

Partager par mail

Partager le lien

Articles populaires