Free Delivery & 60-Day Returns* - Everyday!

la mise en berne des drapeaux en Corse est une « faute », dénonce Emmanuel Macron

Après la mort de l’indépendantiste Yvan Colonna, la Collectivité de Corse avait annoncé la mise en berne ses drapeaux à compter du 22 mars « pour exprimer la tristesse collective ».

Article rédigé par

Publié le 23/03/2022 22:41

Mis à jour le 24/03/2022 07:47

Temps de lecture : 1 min.

La polémique des drapeaux en berne en Corse rebondit. Invité du « 19:45 » de M6 mercredi 23 mars, Emmanuel Macron a qualifié de « faute » la mise en berne de drapeaux en Corse après la mort du militant indépendantiste Yvan Colonna. Interrogé à ce sujet, le président Macron a répondu sans autre commentaire « c’est une faute et c’est inapproprié ». La Collectivité de Corse avait dès mardi mis ses drapeaux en berne « pour exprimer la tristesse collective ressentie par [le peuple corse] après la mort tragique d’Yvan Colonna et face aux heures sombres que vit la Corse ». 

D’autres personnalités politiques comme le sénateur centriste de la Haute-Savoie Loïc Hervé ont réagi : « Si toute la lumière doit être faite sur les circonstances de cet assassinat, comment peut-on décemment imaginer un tel hommage ? » L’élu a interpellé directement le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, lui demandant « d’intervenir auprès du préfet de Corse pour que cette décision soit condamnée. »

Je demande à @GDarmanin d’intervenir auprès du @Prefet2A de Corse pour que cette décision soit condamnée. Ce soir, j’ai une pensée émue pour la famille du Préfet Claude Erignac qui a été lâchement assassiné par Ivan Colonna le 6 février 1998. @Prefet2B

— Loïc Hervé, Sénateur de la Haute-Savoie (@loichervepublic) March 23, 2022

L’ancien Premier ministre, Manuel Valls, a jugé l’acte « insupportable et indécent ». « Une chose est de respecter la douleur et le deuil de la famille Colonna, une autre est de transformer un homme, condamné pour l’assassinat d’un préfet de la République, en héros et martyr. C’est insupportable. J’imagine que l’Etat sur place réagira », a-t-il poursuivi.

Une chose est de respecter la douleur et le deuil de la famille Colonna, une autre est de transformer un homme, condamné pour l’assassinat d’un Préfet de la République, en héros et martyr. C’est insupportable. J’imagine que l État sur place réagira. https://t.co/YR9vpt2J2r

— Manuel Valls (@manuelvalls) March 23, 2022

Les funérailles du militant indépendantiste corse auront lieu vendredi dans son village familial de Cargèse (Corse-du-Sud). Son corps étant attendu mercredi soir sur l’île.

Partager sur Twitter

Partager sur Facebook

Partager par mail

Partager le lien

Articles populaires