Free Delivery & 60-Day Returns* - Everyday!

Guerre en Ukraine : « Nous ne sommes pas en guerre avec la Russie »… Ce qu’il faut retenir de l’intervention du ministre des Affaires étrangères ce dimanche

Jean-Yves Le Drian, ministre des affaires étrangères était l’invité de Laurent Delahousse dans l’émission 20H30 le dimanche.

Interrogé par Laurent Delahousse sur ce qu’il vit actuellement avec cette crise en Ukraine, le ministre des Affaires étrangères s’est montré d’abord  « déterminé ». « Ce qui me frappe le plus ,c’est la formidable résistance du peuple ukrainien. L’administration ukrainienne tient. Ce peuple ne se rendra pas. Ce qu’a réussi Vladimir Poutine, c’est de solidifier ce peuple face à lui », estime-t-il.

Mais le ministre de rappeler la tactique de Poutine face à l’occident indiquant que « le prétexte du Donbass est derrière nous ». « L’objectif de Vladimir Poutine est d’avoir des États tampons près de la Russie. » Jean-Yves Le Drian « constate simplement que l’armée russe va moins vite que ce qu’elle pensait. Malheureusement, cela veut dire qu’on rentre dans une logique de sièges ». « On a eu l’exemple de Grozny et d’Alep, et ça va recommencer », allusion faite aux nombreux civils qui ont perdu la vie au cours de ces opérations militaires.

Sur le soutien de la France dans ce conflit aux portes de l’Europe, Jean-Yves Le Drian a précisé sans équivoque : « nous ne sommes pas en guerre contre la Russie, c’est la Russie qui est en guerre contre l’Ukraine avec qui nous sommes solidaires ». La France envoie « des produits médicaux », dont de l’iode, à l’Ukraine a précisé Jean-Yves Le Drian. « Il faut être extrêmement vigilant sur les garanties de sécurité nucléaire dans ce pays. L’Ukraine est un pays qui a une quinzaine de réacteurs nucléaires », rappelle le ministre des Affaires étrangères, quelques jours après l’attaque russe sur la centrale nucléaire de Zaporijia. Les gouverneurs de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) doivent se réunir demain lundi, souligne le ministre.

Et d’ajouter : « Cette guerre va se retourner contre la Russie, on va rentrer dans une phase très douloureuse, que sont les sièges ». Le ministre qui n’est pas optimiste quant à l’issue du siège de la capitale Kiev, « Cela va être terrible ». Avant de conclure, « La guerre est aux portes de l’Europe, ne la laissons pas entrer. »

Articles populaires