Free Delivery & 60-Day Returns* - Everyday!

Conversation avec Ion Florescu: « certaines déclarations de Poutine sont des déclarations du 19 ème siècle ! »

Par Maria Nadolu, Bucarest.

Ion Florescu est né à Casablanca, d’un père roumain, réfugié à l’époque où la Roumanie était occupée par l’Union soviétique, et d’une mère italienne aux attaches africaines. Ayant grandi entre Rome, Londres et Genève, il a obtenu son diplôme d’histoire à Cambridge, puis s’est rendu en Europe de l’Est attiré par un appel ancestral et des opportunités stimulantes dans une région en pleine transformation. Son groupe de fonds d’investissement, Reconstruction Capital et Reconstruction Capital II, bien connu pour ses activités en Roumanie et en Europe du Sud-Est ; a été impliqué dans certains des secteurs économiques les plus importants de la transition post-communiste : les services financiers, la logistique, la pharmacie, le textile, la production laitière et les industries de la peinture et de la chimie.  Ion Florescu est un interlocuteur précieux en ces temps si étranges,  doté d’une bonne capacité d’analyse avec des outils de l’historien,  la lucidité et le sens pratique de l’entrepreneur, et une polyvalence culturelle évidente. 

Nous sommes assis dans un café, et il y a une sensation de lourdeur dans l’air. Nous nous connaissons bien et nous valorisons tous les deux un sens de l’exploration et du dialogue qui enrichit les connaissances, mais cet horizon temporel n’est pas clair : nous ressentons la pression de la guerre qui se déroule à côté et il est difficile de comprendre la suite. En février dernier, avant que tout n’explose, le président Zelensky, lors de la conférence de Munich sur la sécurité, a déclaré : « nous avons été avertis que nous risquions une guerre, et nous avons demandé des sanctions contre la Russie. On nous a répondu, nous ne pouvons le faire qu’une fois la guerre commencée. Quelle sera leur efficacité lorsque nous serons bombardés et envahis ? » demanda-t-il avec rage. Ses paroles sont pertinentes pour le monde entier, pas seulement pour l’Ukraine maintenant… quelles mesures peuvent être prises efficacement maintenant, pour empêcher un malheur nucléaire mondial, et laisser à nouveau les forces dictatoriales fixer l’ordre du jour en termes d'(in)sécurité ?

L’espoir est qu’il peut encore y avoir une solution pacifique au conflit par la diplomatie, mais encore une fois la gravité de la situation augmente chaque jour. D’un côté, le président Zelensky, un ancien acteur sortant d’une série télévisée intitulé « Le Serviteur du Peuple » (où  il incarne un professeur d’histoire élu président de l’Ukraine)  désigné représentant des peuples dans une lutte contre le géant russe . Les hommes prennent les armes, envoient leurs femmes et leurs enfants de l’autre côté de la frontière, ils déploient toutes les possibilités, y compris une cyberguerre et des activations de médias sociaux appelant les services Starlink et la communauté internationale à les soutenir. 

De l’autre côté, Poutine et son lourd appareil despotique, bien connu dans la région, qui semble aujourd’hui un peu rouillé mais toujours aussi inquiétant. Comme le note Ingrida Simonyte, Premier ministre lituanien, dans The Economist : « Tout cela devait arriver. La guerre de Vladimir Poutine contre la Tchétchénie n’a pas servi de sonnette d’alarme à l’Occident en 1999. Pas plus que le cyber-assaut du Kremlin contre l’Estonie en 2007, sa guerre contre la Géorgie en 2008, l’annexion illégale de la Crimée, ni le début de sa guerre militaire et l’agression de l’Ukraine en 2014 – tout ce que la Russie nie. (..) Mais les dirigeants occidentaux ont appuyé à maintes reprises sur le bouton snooze ».

 

 

 

Quelle est la signification historique de ce qui se passe ces jours-ci ?

  Peut-être et volontairement, cela va dans le sens d’un affrontement entre superpuissances ; ce n’est pas seulement un événement local. L’un des arguments en faveur de l’invasion que M. Poutine a fait valoir à la télévision était que l’OTAN poursuivait son expansion vers l’Est, et il a exprimé le désir d’avoir des États tampons autour de son pays.  Cela lui donne une toute autre importance historique, comparée à l’intervention des Russes en Arménie, voire en Géorgie ou en Tchétchénie. La conséquence en est le détachement de la Russie de l’économie mondiale, à une vitesse incroyable, avec de nombreux effets directs et indirects sur le monde entier.  

Comment voyez-vous la région évoluer dans cette période post-communiste ? 

J’ai été exposé à toute la transformation de la région. Je pense que ce qui différencie la Russie du reste de la région, ce sont deux points fondamentaux : l’un est le fait que caché dans l’Union soviétique il y avait aussi l’idée impérialiste ; l’erreur qui a été commise pendant l’après-guerre froide a été de supposer que la Russie allait être un État normal, en paix avec ses voisins, alors que la Russie se voyait très différemment. La Russie se voit en une puissance mondiale, nucléaire, donc agissant différemment de tous les autres États (créés après la guerre froide). Le deuxième point, qui lui est lié, est le fait qu’elle est incroyablement riche en ressources naturelles et, par conséquent, a créé une classe de personnes et un État qui dépend de ces ressources pour le pouvoir, et perpétue un système d’inégalités massives. C’est la fameuse «malédiction des ressources naturelles», que l’on voit dans de nombreux endroits du monde où une élite  met la main sur les ressources et tend à avoir un énorme pouvoir économique et répressif dominant effectivement la population.

Ce que nous avons vu, c’est une déconnexion complète entre la Russie et les États historiques d’Europe centrale et orientale, qui ont tendance à être des pays plus petits, dans de nombreux cas avec un fort attachement à l’indépendance, en raison de l’expérience d’être pris entre des empires. Ensuite, vous avez les pays post-soviétiques, qui sont en fait des États successeurs de l’empire russe, car l’Union soviétique et l’empire russe se chevauchaient ; certains d’entre eux ne sont plus indépendants depuis plusieurs centaines d’années. Ces pays ont le sentiment très fort que la Russie est un grand voisin puissant et qu’ils doivent donc rejoindre des alliances pour se défendre. Pour ces pays, historiquement, la Russie a été l’agresseur. Leur malchance est d’avoir été pris entre différents empires : l’empire austro-hongrois, l’empire ottoman, l’empire russe… Mais les empires austro-hongrois et ottoman se sont effondrés après la première guerre mondiale, et ne représentaient plus une menace, alors que l’Empire russe s’est transformé en Union soviétique et est resté en place. Alors que l’Amérique aurait pu être un agresseur dans d’autres régions du monde, elle n’a pas été considérée comme un danger ici, donc l’opinion générale est très différente, et il y a une inquiétude compréhensible à propos de l’expansionnisme russe.

 L’histoire et le temps historique n’évoluent pas de la même manière à travers le monde ; certaines des déclarations que M. Poutine a faites ces derniers jours sont bien des déclarations du XIXe siècle : «certains pays n’ont pas le droit d’exister», «nous avons besoin d’États tampons». L’idée que certains pays ont plus de droits parce qu’ils sont plus grands et plus puissants est quelque chose de très étrange. On se demande quelle est la motivation derrière l’invasion de l’Ukraine ? Cela me semble un amalgame de différentes objections qui ne sont pas nécessairement alignées : la plus ridicule est la supposée « dénazification » – une affirmation étrange si l’on regarde qui sont les gens au pouvoir (le président Zelensky est lui-même juif) ; le second est le besoin d’États tampons entre la Russie et l’OTAN et donc la démilitarisation, mais l’OTAN a déjà des frontières avec la Russie et son allié Biélorusse, à savoir toute la longueur de la Pologne et les États baltes. Donc, l’Ukraine ne suffirait pas à créer les « États tampons», la Pologne et les pays baltes devraient également être «éliminés». L’idée que les Ukrainiens ne sont pas des peuples séparés de la Russie est une opinion, rien de plus. Je pense qu’il faut respecter le droit de chaque pays de sentir qu’il a le droit d’exister ou non.

Parlons de l’expansionnisme russe. Il y a un fardeau transgénérationnel que nous portons sur nos épaules – la plupart de nos arrière-grands-parents et grands-parents vivaient avec la peur « Les Russes arrivent ». Comment avoir un regard nouveau et juste sur le présent ? 

Qu’est-ce que ces déclarations du 19 ème siècle impactent sur le business ?

 Le business peut continuer à être un business du 21 ème siècle. Je dois mentionner que lorsque je parle de l’économie russe piégée par les matières premières, il est également correct de dire qu’elle a également une main-d’œuvre et une population très instruites ; un secteur informatique très dynamique, malheureusement elle aurait pu se développer beaucoup plus… Pour moi, j’ai eu beaucoup de chance d’être très jeune à la fin du communisme en Europe de l’Est, de sentir que je pouvais contribuer à la reconstruction économique, mais aussi civique de ces pays. C’est une réelle satisfaction de voir les énormes progrès réalisés ces 30 dernières années, en termes de statistiques mesurables avec un PIB et un PIB/habitant dépassant dans certains cas les pays du sud de l’Europe ; mais aussi, en termes de progrès des sociétés civiles et des valeurs. C’est valable pour Roumanie, qui est le pays que je connais le mieux.

Comment la situation actuelle affecte-t-il les marchés, au niveau régional et international ? 

 Deux types d’effets : l’un est celui de la guerre, l’autre celui des sanctions. Les effets de la guerre sont extrêmement dramatiques pour les pays en développement qui dépensent la majeure partie de leurs revenus en produits de base. Juste pour vous donner une statistique terrifiante : 25 à 27 % des marchés mondiaux d’exportation de blé sont représentés par le blé russe et ukrainien, et nous ne savons pas quelle quantité sera retirée du marché. Mais il suffit de regarder les prix du blé maintenant pour se rendre compte que cela va être une catastrophe pour de nombreux pays du Moyen-Orient, comme l’Egypte ou l’Irak. Si la guerre empêche ces exportations, même si certains pays comme l’Égypte n’imposent pas de sanctions, il n’y aura pas de possibilité logistique de le transporter par la mer Noire, ou l’agriculture souffrira beaucoup de la guerre. Cela aura un effet très sérieux sur les prix alimentaires. Cela ne pouvait pas arriver au pire moment car l’inflation s’accélérait déjà dans le monde entier, alors que nous sortions d’une répression économique causée par le covid.

Autre exemple : l’aluminium. La Russie en est un gros producteur, maintenant elle ne pourra plus exporter. Cela aura des conséquences sur les industries automobiles et un effet d’entraînement sur d’autres industries où les voitures sont nécessaires. Il y avait déjà des pénuries avant que cela n’arrive. Cela alimentera une inflation massive.  Il faut se rappeler que beaucoup de pays sont très endettés et donc leur capacité à résister à un choc économique est limitée. L’UE va devoir maintenir des taux d’intérêt très bas. La monnaie sera à nouveau considérablement dévaluée, générant davantage d’inflation.

L’une des implications de cette guerre est qu’elle va complètement repenser l’économie mondiale. Il y a quelques années, nous sommes parvenus à un niveau de mécanisme mondial de chaînes d’approvisionnement très bien réglé, un aspect de la mondialisation. Là, nous sommes entrés dans une phase de démondialisation. Le processus est fondamentalement alimenté par le nationalisme. Une barrière extrême est une sanction imposée à un autre pays, une barrière au commerce. Un obstacle moins extrême est le Brexit, qui est également motivé par le nationalisme qui dit essentiellement que nous ne voulons pas faire partie d’un bloc économique où le libre-échange est la norme ; nous voulons pouvoir établir nos propres normes. Il est difficile de voir comment nous réparerons le processus de mondialisation ; comment on va revenir à cette mondialisation déflationniste depuis 20 ans depuis les réformes de Den Xiaoping en Chine dans les années 80, et l’entrée de la Chine dans l’économie mondiale en tant que grand producteur. Ça va être douloureux.

La mondialisation était une voie glorieuse en devenir même si parfois la feuille de route n’était pas très claire, ni équitable. Cela a conduit à des cas où des entreprises allemandes très prospères déversant leurs déchets dans les eaux sénégalaises… Serait-ce l’occasion de revoir certains principes ? 

 Ce que nous devrions viser, c’est une mondialisation sans dumping, avec des mesures convenues à l’échelle mondiale pour lutter contre le changement climatique. La mondialisation n’est pas créatrice du changement climatique. Dans un monde déglobalisé, nous aurions autant de problèmes avec le climat que dans un monde globalisé. Par exemple, si la Russie ne fournit pas de gaz à l’UE, devrions-nous recommencer à brûler du charbon ? Chaque processus historique a des effets secondaires négatifs ; il existe des moyens par lesquels les pays travaillant ensemble pourraient résoudre ce problème et c’est un travail en cours.

Des opportunités d’affaires qui pourraient découler de cette crise ? 

 La tendance à la production d’énergie propre va s’accélérer dans l’UE. Je ne pense pas que ce sera suffisant. L’un des effets de cette guerre est de placer l’Europe dans une position très faible par rapport aux États-Unis (du point de vue économique) ; les États-Unis qui ont des coûts énergétiques beaucoup plus bas deviennent un exportateur d’énergie. L’échec dont les gens parlent, en termes de stabilité et d’autosuffisance de l’UE en tant que continent au cours des 20 dernières années, est la dépendance massive à l’égard de la Russie pour le gaz, que certains États, en particulier l’Allemagne, ont laissé arriver. Inverser cette tendance avec des investissements durables dans l’énergie verte est une initiative massive et à long terme. À court terme, l’UE se trouve dans une position vulnérable.

Yuval Noah Harari, l’une des voix les plus audibles sur la scène internationale ces jours-ci, a lancé l’idée que d’un point de vue historique, la Russie avait déjà perdu la guerre. Qu’est-ce que vous en pensez ? 

 Très difficile de comprendre ce que pensent les Russes ordinaires. En fin de compte, il ne faut pas trop espérer en se basant sur les milliers, voire les dizaines de milliers de manifestants dans les grandes villes comme Moscou et Saint-Pétersbourg. C’est une longue bataille et elle est basée sur la façon dont l’information peut être manipulée et contrôlée par ceux qui sont au pouvoir. Sans médias libres en Russie, il y a clairement une tentative d’imposer un récit chez eux mais je ne pense pas que cela réussira.  Ce qui est tout aussi important, c’est qu’en Ukraine, les Russes ont perdu la guerre avant même d’avoir commencé, parce qu’ils ont perdu le récit. Peut-être que la guerre était basée sur une illusion du côté russe, que l’État ukrainien ne résisterait pas, qu’ils n’avaient pas de valeurs nationales, qu’ils étaient dirigés par des clowns, que les gens attendaient que leur pays soit libéré. Plus le temps passe et plus cela s’est avéré ne pas être le cas. Cela n’a fait que renforcer quelque chose qui était déjà là : un nationalisme civique fort et un sens de la nation qui n’est pas fondé sur l’identité ethnique ou la langue, mais plutôt sur des valeurs et un sentiment d’appartenance. Ils ont été victimes des guerres impériales et se sont forgés une autre identité. Par conséquent, ils ont créé beaucoup de sympathie ; ils ont essentiellement présenté ce qui pourrait devenir un meilleur modèle de nation.

Articles populaires