Free Delivery & 60-Day Returns* - Everyday!

Cancer du sein : « des résultats historiques », un nouveau médicament pourrait bien sauver la vie de millions de femmes et améliorer le traitement d’autres cancers

Le New England Journal of Medicine a publié les résultats d’une étude, « la plus positive de l’histoire » du cancer du sein. Le docteur Javier Cortés, directeur du Centre international du cancer du sein de Barcelone (IBCC) est à l’origine de cette découverte médicale majeure dans la lutte contre le cancer, et pas seulement le cancer du sein.
 

L’essai clinique du protocole Destiny Breast-03 va-t-il changer la face du monde médical ? Basé sur l’innocuité et l’efficacité du médicament « trastuzumab deruxtecan » chez des patientes atteintes d’un cancer du sein métastatique HER2-positif, l’essai a permis de montrer comment ce nouveau médicament s’est avéré pertinent dans le traitement d’un sous-type particulièrement agressif de ces tumeurs qui touche 20 % des patientes atteintes.

ud83dudc4f Un estudi liderat per l’IBCC de Barcelona aconsegueix els resultats « més positius de la història » del càncer de mama https://t.co/plwitfyw4g

— ElNacional.cat (@elnacionalcat) March 24, 2022

Ce médicament est ce qu’on appelle un cheval de Troie. C’est-à-dire qu’il combine un médicament ciblé (trastuzumab) avec un médicament de chimiothérapie (deruxtecan). Le premier atteint précisément les cellules malignes, où s’exprime la protéine HER2, responsable du développement accéléré de la tumeur. Une fois sur place, la charge de chimiothérapie est libérée de manière localisée, ce qui détruit les mauvaises cellules sans trop endommager les saines.

L’un des résultats les plus importants de l’étude reste sans conteste l’amélioration de la survie sans progression (c’est-à-dire le contrôle de la maladie), chez 75,8 % des patients traités à 12 mois, contre 34,1 % dans le groupe de patients traités par le trastuzumab. emtansine (TDM-1), qui a été le traitement standard jusqu’à la publication du protocole Destiny Breast-03.

En fait, les résultats obtenus avec ce médicament ont été « si positifs » que le « trastuzumab deruxtecan » est devenu, selon l’IBCC, la nouvelle norme de traitement en deuxième intention pour les patientes atteintes d’un cancer du sein HER2-positif.

El trabajo realizado por el Dr. Javier Cortés y col. del International Breast Cancer Center en Barcelona, España, es un estudio fase 3, multicéntrico (DESTINY Breast 03) pic.twitter.com/0lJxU3xGo4

— Juan C. Rodríguez Agostini (@jcragostini) March 26, 2022

L’essai clinique Destiny Breast-03 a testé l’innocuité et l’efficacité du médicament trastuzumab deruxtecan chez des patientes atteintes d’un cancer du sein métastatique HER2-positif, un sous-type particulièrement agressif de ces tumeurs qui touche 20 % des patientes. Le médicament est ce qu’on a appelé un cheval de Troie et combine un médicament ciblé (trastuzumab) avec un médicament de chimiothérapie (deruxtecan). Le premier atteint précisément les cellules malignes, où s’exprime la protéine HER2, responsable du développement accéléré de la tumeur. Une fois sur place, la chimiothérapie est libérée de manière localisée, ce qui détruit les mauvaises cellules sans trop endommager les saines.

Dans les premières phases des tests d’analyse de ce médicament, le « trastuzumab deruxtecan », développé par une alliance entre les sociétés pharmaceutiques Astrazeneca et Daiichi Sankyo, a été d’abord proposé aux cas les plus graves de la maladie, mais selon le docteur Cortés, « ce traitement est déjà à l’étude pour utiliser chez les personnes atteintes de tumeurs localisées, sans métastases », et des résultats très prometteurs sont observés dans les tumeurs où la présence de HER2 est moins élevée.

Certains groupes de recherche commencent également à voir les effets de ce médicament dans le cancer du poumon, gastrique ou colorectal.

Les victoires contre le cancer se faisant trop rares, le trastuzumab devient un exemple de l’ingéniosité des chercheurs pour trouver de nouveaux outils contre une maladie multiple avec une capacité terrifiante à s’adapter ou à se réadapter pour continuer à se développer. Désormais, les nouveaux médicaments hybrides réutilisent la capacité des anticorps monoclonaux tels que le trastuzumab à pénétrer à l’intérieur des cellules malignes et à y délivrer de puissantes charges de chimiothérapie.

Selon le docteur Cortés, « de nouveaux chevaux de Troie avec de nouveaux anticorps sont déjà à l’étude, avec de nouvelles cibles et de nouvelles charges » létales pour s’attaquer à différents types de cancer. De nouvelles recherches bientôt sur le marché, on l’espère, pour faire en sorte que le cancer tue de moins en moins de femmes et d’hommes dans le monde.

 

Articles populaires