Free Delivery & 60-Day Returns* - Everyday!

Aude : agression des élus de proximité, l’Association des maires hausse le ton

À la suite du dépôt de plainte du maire d’Embres-et-Castelmaure, Eric Menassi, président de l’Association des maires de l’Aude, a souhaité réagir aux agressions dont sont victimes les élus locaux. En relation avec les parquets de Carcassonne et Narbonne, l’AMA insiste pour qu’une réponse pénale rapide et efficace soit apportée à ces infractions.  

« Attaquer un maire, c’est s’en prendre à la République ! » C’est en martelant ce principe qu’Eric Menassi, président de l’Association des maires de l’Aude, et quelques membres de son bureau, se sont déplacés à Embres-et-Castelmaure, apportant leur soutien à Gérard Bénézis, premier magistrat de la commune. Un élu visiblement bouleversé par l’agression qu’il a subie, il y a une semaine à peine, de la part de l’un de ses administrés qui l’aurait violemment bousculé et agoni d’injures. Des actes que l’agresseur présumé réfute catégoriquement et qui livre sa version des faits ci-dessous.

A lire aussi :
Embres-et-Castelmaure : « Je n’ai ni agressé, ni insulté le maire »

« C’était une visite symbolique, insiste le maire de Trèbes. L’AMA n’a pas de pouvoir en tant que tel, mais elle a de l’influence et il était plus que nécessaire que nous fassions preuve de solidarité en regard de ces derniers événements. J’ai appelé le procureur de Narbonne qui m’a semblé très attentif à ce qui se passe dans cette commune où les tensions sont palpables depuis les dernières municipales. L’association des maires de l’Aude restera, pour sa part, à la disposition de Gérard Génézis pour qu’il soit accompagné et soutenu. » 

Mais au-delà du cas particulier d’Embres-et-Castelmaure, Eric Ménassi insiste sur les difficultés de plus en plus lourdes que rencontrent les maires dans l’exercice de leurs fonctions. « De plus en plus d’infractions mineures sont sources d’agressivité et exposent physiquement l’élu qui tente de faire appliquer les lois, les textes réglementaires et autres règles de vie en communauté », note le président de l’AMA.

Parmi les incivilités les plus fréquemment relevées, figurent le dépôt de déchets sauvages, le non-respect des règles d’urbanisme, les nuisances sonores ou encore les difficultés occasionnées par les chiens dangereux et les rodéos motorisés. « Les maires sont de plus en plus confrontés à des problèmes qui, malgré constatation et saisine des services de l’Etat, restent souvent impunis et mettent à mal leur autorité, leur légitimité sur le territoire de leur commune », ajoute Eric Ménassi.

1 276 agressions d’élus en France

En 2020, 1 276 agressions, menaces ou insultes contre des élus ont été recensées en France : ces faits de violence ont été multipliés par trois entre 2019 et 2020. Voilà pourquoi  l’AMA a, dans un premier temps, comme l’a fait l’Association des maires de France, interpellé les ministres de l’Intérieur et de la Justice afin qu’ils prennent, au plus vite, « les mesures nécessaires pour que les procédures soient suivies et les sanctions réelles ». 

Elle a, également, souhaité resserrer les liens entre la justice et les élus municipaux en signant une convention avec le parquet de Carcassonne (le 13 octobre dernier) et celui de Narbonne (le 18 mars prochain) pour une réponse pénale . « Ces protocoles ont pour objectif de mettre en place une réponse plus rapide  et plus efficace en facilitant le signalement des infractions et le suivi des dossiers. Les élus pourront également bénéficier d’une information précise des suites judiciaires données aux infractions signalées », explique le maire de Trèbes. Des formations sont également proposées aux élus pour désarmer les conflits et gérer des contentieux. Tout un « arsenal » devenu nécessaire face à des situations pour le moins inquiétantes. 

 

Articles populaires