Free Delivery & 60-Day Returns* - Everyday!

Attentats de Trèbes et Carcassonne : 4 ans après, l’enquête est achevée

Ce mois de mars 2022 acte la fin de l’information judiciaire consacrée aux attentats de Trèbes et Carcassonne. En attendant le réquisitoire définitif et l’ordonnance de mise en accusation, une étape majeure dans la perspective du procès.

Une étape, une de plus dans ce long chemin emprunté depuis le 23 mars 2018. Mercredi, le drame des attentats de Trèbes et Carcassonne s’invitera dans les esprits. Quatre ans après. Entre la mairie de Trèbes, pour une cérémonie intime ce 23 mars 2022, et la caserne de gendarmerie Saint-Jacques de Carcassonne, jeudi 24 mars, l’heure sera à la commémoration. Un tribut de plus au « devoir de mémoire ». Ces images, bruits et émotions indélébiles, que la perspective d’un jour « anniversaire » ravive. Même si, d’évidence, pour les proches des quatre victimes de la barbarie – Jean Mazières, Christian Medves, Hervé Sosna et le colonel Arnaud Beltrame – et ceux qui ont vécu de près le drame, le souvenir est ancré au quotidien.

Un quotidien intimement lié à une attente. Celle du procès. Etape majeure. Que « les familles attendent », assure Eric Menassi, maire de Trèbes : « Parce que le procès fait partie du processus de deuil. » Cette perspective, ce mois de mars 2022 la rend palpable. En février 2020, lors de la 2e réunion des 75 parties civiles au Palais de justice de Carcassonne, le juge d’instruction Richard Foltzer avait annoncé une 3e, et sans doute dernière réunion. Un rendez-vous empêché par le Covid, et l’impossibilité de tenir un format regroupant parties civiles, avocats, membres du Parquet national antiterroriste, juges d’instruction, greffiers et psychologues. Mais la perspective d’une clôture de l’instruction au second semestre 2021 prenait corps. Une issue repoussée. Sollicité début mars 2022, le Parquet national antiterroriste confirmait que le dossier était « finalement toujours en cours d’information judiciaire mais il devrait effectivement être clôturé cette année ».

Une prévision – très – vite confirmée. Le 9 mars, le juge d’instruction signait l’avis de fin d’information, transmis à toutes les parties, ainsi qu’au Parquet. Ouvrant un premier délai, d’un mois (lié à la détention provisoire de deux des huit mis en examen), avant que le Procureur ne livre son réquisitoire définitif, demandant ou non le renvoi devant la cour d’assises spéciale des huit mis en examen ; préalable à une ordonnance de mise en accusation, cette fois sous 10 jours, qui mettrait alors un terme à la saisine du juge d’instruction. Autant d’actes qui peuvent faire l’objet d’observations, demandes, requêtes ou appels, allongeant d’autant les délais. Autant de possibles rebondissements qui n’enlèvent rien à la perspective désormais bien réelle d’un procès à l’horizon 2023.

Quatre victimes et cinq heures de terreur

  • Le rappel des faits. Le vendredi 23 mars 2018, Radouane Lakdim a déposé peu après 10 h une de ses sœurs à l’école, et se dirige à pied vers le site des Aigles de la Cité, à Carcassonne : il fait feu sur Jean Mazières et Renato Silva. Le Villedubertois de 61 ans décède sur le coup, le jeune Portugais parvient à alerter sa mère. Au volant du véhicule volé, le terroriste fait d’abord route vers le 3e RPIMa, avant de se raviser et de faire demi-tour vers Ozanam. Sur sa route, il croise quatre hommes de la CRS 53, fait feu à six reprises et blesse l’un d’eux. Il est 10 h 38 quand le Carcassonnais de 25 ans se gare sur le parking du Super U : le terroriste abat Christian Medves et Hervé Sosna, et prend en otage Julie, une caissière. Peu après 11 h 30, le lieutenant-colonel Arnaud Beltrame prend la place de l’otage dans la salle des coffres. A 14 h 13, alors que la communication est en cours depuis trois minutes entre le terroriste et le GIGN, le gendarme appelle à l’assaut. Le terroriste est abattu ; grièvement blessé, Arnaud Beltrame est évacué à l’hôpital de Carcassonne, où il décédera dans la nuit.
  • Les victimes. Jean Mazières, 61 ans, aura été le 1er à croiser la route du terroriste, sur le parking des Aigles de la Cité. Le viticulteur, à la retraite depuis deux ans, marié et père d’un fils de 19 ans, avait choisi de s’impliquer dans la vie locale de son village de Villedubert, en œuvrant notamment au sein du comité des fêtes. Au Super U, Radouane Lakdim avait fait feu sur Christian Medves, chef du rayon boucherie. Agé de 50 ans, le natif de Carcassonne, installé à Trèbes depuis la fin des années 1990, était marié, père de deux filles, et grand-père depuis moins d’un an. Quelques instants plus tard, le terroriste ôtait la vie à Hervé Sosna, Trébéen de 65 ans, passionné de littérature, qui patientait alors à l’une des caisses du Super U. Le lieutenant-colonel Arnaud Beltrame, nommé en 2017 au groupement de l’Aude, était l’un des premiers gendarmes à rallier Trèbes : là où il allait prendre la place de la caissière retenue en otage par le terroriste, dont il sera la 4e victime, décédant dans la nuit du 23 au 24 mars au centre hospitalier de Carcassonne. Agé de 44 ans, il devait épouser religieusement Marielle le 9 juin 2018.

Articles populaires