Free Delivery & 60-Day Returns* - Everyday!

Yannick Jadot, Fabien Roussel et Anne Hidalgo livrent leur vision de la démocratie devant le Cese

Remettre la démocratie au cœur du débat afin de lutter contre l’abstention et la défiance des Français vis-à-vis de la politique. C’était l’objectif affiché de l’exercice auquel se sont livrés les candidats à l’élection présidentielle à l’invitation du Conseil économique, social et environnemental (Cese), mercredi 23 février. Yannick Jadot, Fabien Roussel et Anne Hidalgo se sont succédé devant les membres du Cese et devant le journaliste Djamel Mazi qui a animé le débat. Les candidats se sont exprimés sur divers thèmes tels que le fonctionnement des institutions, la place du dialogue social, de la société civile, de la jeunesse ou encore de la participation citoyenne. Retrouvez le résumé de leurs prises de position. 

L’absention des jeunes au menu

Pour Yannick Jadot, premier candidat interrogé, l’abstention des jeunes est « un sujet majeur ». Pour remettre les jeunes au cœur de la politique et lutter contre l’abstention, il estime qu’il « faut rétablir la confiance par faire ce qu’on a promis de faire ». Selon lui, il faut que les politiques publiques « se saisissent plus des sujets que portent les jeunes ». « Sous-investir sur l’école, sous-investir sur l’éducation, sous-investir sur la recherche », c’est construire le discours de Zemmour qui prône « le suicide collectif », a jugé le candidat écologiste, qui veut aller dans le sens inverse. De son côté,  Anne Hidalgo a appelé à multiplier, et ce dès le plus jeune âge, « les conseils municipaux d’enfants, les assemblées citoyennes, les conseils de la jeunesse ». Cette dernière a rappelé son intention d’instaurer le droit de vote à 16 ans. Une mesure qui, selon elle, permet de « donner ce goût de la démocratie ». 

L’écologie au cœur du débat 

Yannick Jadot a appelé à « faire très attention à ce qui est en train de s’installer dans notre pays comme débat sur le climat ». « On ne demande pas à un seul candidat comment il va respecter la recommandation, l’exigence des scientifiques de ne pas dépasser 1,5 °C… », a-t-il déploré, martelant que l’on ne peut pas résumer la question à un débat « nucléaire contre éoliennes ». De son côté, Fabien Roussel, le candidat communiste, a proposé une prime à la conversion pour faciliter la transition écologique. « Je défends la qualité de l’air, mais je voudrais défendre la qualité de l’air sans forcément taper sur la classe ouvrière », a-t-il défendu. 

Transformer les institutions 

Yannick Jadot s’est dit favorable au retour du septennat afin de pouvoir travailler sur le temps long. De son côté, Fabien Roussel, en quête d’une VIe République, propose la suppression de l’élection au suffrage universel du président de la République et de l’article 49.3. La candidate socialiste Anne Hidalgo dénonce, elle, une « monarchie républicaine dans laquelle il y a un pouvoir vertical avec un homme seul qui décide de tout, tout le temps ». « Je suis pour que le président ait beaucoup moins de pouvoir en matière de nomination », explique celle qui voudrait aussi « remettre de la proportionnelle » pour les élections législatives.

A lire aussiSujets associés

Articles populaires