Free Delivery & 60-Day Returns* - Everyday!

Tunisie : la banque centrale alerte sur la nécessité des réformes

Après une chute d’environ 9% de son PIB en 2020, sa plus grave récession depuis 1956, et une croissance d’environ 3% en 2021, la Tunisie, en quête de financements internationaux, doit mener des réformes pour éviter le chaos. Après le Fonds monétaire international (FMI) qui avait déjà tiré la sonnette d’alarme, c’est au tour de la banque centrale du pays d’alerter sur la nécessité de ces réformes structurelles.

En effet, réuni en début de mois, le conseil d’administration de l’institut d’émission, après examen de la situation économique et financière du pays, a exprimé sa « forte préoccupation » quant au retard accusé dans la mobilisation des ressources extérieures nécessaires pour le financement du budget de l’Etat pour 2022. Il a, par ailleurs, exhorté toutes les parties prenantes pour parvenir à un consensus sur le programme de réformes permettant d’engager des négociations avec le FMI sur un nouveau programme.

« Le conseil souligne l’importance de l’engagement du gouvernement à mener les réformes structurelles pour booster la croissance économique et assurer une gestion budgétaire saine qui donne accès aux ressources extérieures nécessaires pour le financement du budget de l’Etat pour 2022 et éviter tout recours au financement monétaire dont les conséquences seraient préjudiciables à la stabilité monétaire et financière », indique la Banque centrale du Tunisie (BCT) dans un communiqué.

Avec une dette publique qui tutoie la barre des 100% du PIB à fin 2021, les autorités tunisiennes espèrent conclure un nouveau programme d’aide d’ici la fin du premier trimestre 2022 avec le FMI. Mais dans un entretien publié en janvier dernier, Jérôme Vacher, le représentant du Fonds dans le pays avait fait savoir que les discussions n’étaient qu’à un stade préliminaire, et que son institution voulait d’abord comprendre quelles sont leurs intentions en matière de réformes économiques, car, avait-il déclaré, « il y a un besoin de réformes très profondes, structurelles ».

Articles populaires