Free Delivery & 60-Day Returns* - Everyday!

Sommet Europe-Afrique : l’impérieuse nécessité de redéfinir la relation entre les deux continents

Les dirigeants de l’Union européenne (UE) et de l’Union africaine (UA) se retrouvent les 17 et 18 février 2022 à Bruxelles pour leur sixième sommet. Occasion pour les deux continents de redéfinir leur coopération en vue de relever les défis communs qui les interpellent : politique, économie, sécurité, environnement… Jusque-là, les relations euro-africaines ont été essentiellement déséquilibrées au détriment de l’Afrique qui subit pas moins que le diktat de son partenaire européen.

Au moment où s’ouvre cette grand’messe en Belgique, peut-on véritablement dire que l’Afrique dispose des moyens nécessaires pour traiter d’égal à égal avec l’Europe ? Pas vraiment. L’avance prise par l’Europe depuis la traite négrière en passant par la colonisation reste importante, au point que malgré l’accession des pays africains à la souveraineté internationale, l’Europe représente devant la Chine et les Etats-Unis, le premier bailleur de fonds de l’Afrique.

Des rénovations sur l’organisation du sommet

Mais faut-il pour autant que l’Afrique aille à ce sommet en victime résignée ? Ce serait sans doute l’erreur à ne pas commettre comme le démontre la géostratégie internationale en pleine mutation, où l’Asie par exemple et dans une moindre mesure l’Amérique du Sud ont pris leur destin en mains s’émancipant politiquement, économiquement et culturellement. C’est une évidence, l’Europe et l’Afrique ce sont deux continents dont les préoccupations sont différentes. Si pour l’Europe les problèmes migratoires constituent l’un des sujets majeurs, l’Afrique est davantage préoccupée par les problèmes de développement. Une divergence d’intérêt qui ne favorise pas forcément un consensus. 

D’après les organisateurs, pas moins de 80 chefs d’Etat et de gouvernement sont annoncés à ce rendez-vous qui enregistre des innovations majeures. D’abord, la fin de la traditionnelle session plénière où chaque chef d’Etat avait quelques minutes pour s’exprimer à l’instar des assemblées générales de l’ONU. Ensuite, la mise en place des tables-rondes avec la participation des dirigeants et des invités,  dont ceux de la Banque mondiale (BM) et du Fonds monétaire international (FMI).

Pour le reste, sept tables-rondes sont réparties par les thématiques suivantes: financement de la croissance, sécurité et gouvernance, migrations, santé, transition énergétique, éducation et intégration économique.

Articles populaires