Free Delivery & 60-Day Returns* - Everyday!

Pyrénées-Orientales : à Prats-de-Mollo, le chaman « Loup Blanc » avait choisi le luxueux Mas Costerebe pour créer son nouveau centre d’enseignement

Incarcéré depuis le 9 décembre 2021, à la suite d’un signalement porté auprès de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) par un collectif de plaignants qui a ensuite déposé plainte auprès du parquet de Nîmes, dans le Gard, Cyrille Adam alias « Loup Blanc » est mis en examen pour « viols, agressions sexuelles et abus de faiblesse sur personnes en état de sujétion psychologique ». Des faits présumés notamment commis à Prats-de-Mollo où le chaman et sa communauté ont acquis en 2020 le somptueux mas de Costerebe. Une propriété de 600 m2 avec tourelle, piscine et dépendances, isolée dans un vallon de sept hectares de forêt vierge. Au village, les habitants oscillent entre balivernes et incompréhension.

À Prats-de-Mollo, la zénitude du plus grand village des Pyrénées-Orientales qui s’étale sur une superficie de 145 km2, n’est plus une légende urbaine. « C’est du vrai de vrai ! Après un moine tibétain qui avait bâti une maison géoclimatique à flanc de Col d’Ares en attente du Dalai-Lama, on a maintenant un chaman qui venait en Porsche et est parti en prison » sourit un habitant qui a lu les journaux et avoue n’avoir jamais imaginé le Loup Blanc installé au pays de l’Ours.

« J’avais des échos d’un mouvement bizarre qui avait racheté le mas Costerebe, mais ce n’était que des bruits. Et je n’ai vu personne ni dans ma boutique ni dans la forêt où je vais souvent me balader », assure Jean-François, le propriétaire de la maison de la presse. Ses voisins, Michel de la cave à vins « El pas del gat » à l’instar de François, le patron du Fafan’s Bar, confient, eux, ne pas avoir croisé la moindre âme de Costerebe. Alors que Virginie et Raymond n’avaient même jamais entendu parler de ces étranges présences perchées dans les collines du coin.

A lire aussi :
Secte du « Loup Blanc » à Prats-de-Mollo : le gourou a-t-il fait des victimes dans les Pyrénées-Orientales ?

Le mas de Costerebe a éé rénové pour devenir le nouveau centre d’enseignement du chaman yogi Loup Blanc.
Independant – Christophe barreau

Ces gens ne se sont même pas présentés en mairie comme le veut la coutume

Le maire Claude Ferrer n’a pas eu plus d’écho. « La communauté du Loup Blanc cherchait depuis longtemps à acquérir un bien dans le secteur. Finalement, elle s’est fixée sur le mas Costerebe mais je n’en sais pas plus. Ces gens ne se sont même pas présentés en mairie comme le veut la coutume », rappelle l’édile qui avait entrepris à l’époque quelques recherches sur la société Loup Blanc. « Je suis d’un naturel méfiant, j’aime bien savoir qui vient s’installer à Prats où on a une densité d’à peine huit habitants au kilomètre carré. C’est important de connaître ses concitoyens », pointe Claude Ferrer qui fait chou blanc sur le Web. « Je n’ai rien trouvé de suspect, j’ai juste appris qu’il s’agissait d’un groupe porté vers la nature et la spiritualité ».   

A lire aussi :
Pyrénées-Orientales – Secte de « Loup Blanc » à Prats-de-Mollo : « Des victimes sous dépendance totale », explique l’avocat de cinq adeptes repentis

« Loup Blanc » venait à Prats-de-Mollo suivre les travaux de rénovation de La Maison bleue

En plein confinement de 2020, lorsqu’une SCI affiliée à « Loup Blanc » rachète le Mas Costerebe, propriété d’un couple irlandais qui l’a mis en vente à 1,4 million d’euros, l’élu ne soupçonne pas un mouvement sectaire. « Et c’est toujours le cas car je n’ai personnellement pas la moindre preuve en ce sens », affirme l’élu. Les seuls contacts nourris avec les nouveaux arrivants sont restés téléphoniques. « Ils ont appelé une fois pour demander l’autorisation de construire une salle de méditation qu’on leur a refusée en raison du POS communal. »

Le coup d’après, « c’était pour demander que la municipalité entretienne la route qui mène au domaine. Je leur ai expliqué que la piste appartenait à l’ONF et donc que ce n’était pas de notre ressort. Je les ai tout de même invités à venir en mairie pour en parler, ils se sont bien gardés de le faire. Et depuis, silence radio », constate Claude Ferrer.

Perché sur les hauts de Prats-de-Mollo, le domaine de Costerebe s’étale sur 7 ha.
Independant – Christophe barreau

Pourtant, les Amis du peuple debout, une association de fidèles de « Loup Blanc », ce « maître » gardois septuagénaire prétendument descendant d’un grand chef indien surnommé Sitting Bull, se seraient dès lors relayés à Costerebe pour aménager le nouveau centre d’enseignement du chaman yogi à la tête du mouvement Chamanisme de l’origine. En attendant, « Loup Blanc », domicilié à Sumène dans le Gard, donnait ses stages de guérison karmique au château de Granès, à Réalville dans le Tarn-et-Garonne. Entre deux, « il se rendait à Costerebe pour suivre les travaux de rénovation de l’édifice alors rebaptisé La Maison bleue », admet un proche du gourou présumé. À l’inverse de la chanson de Maxime le Forestier, La Maison bleue n’était pas « peuplée de fous » cette semaine.

Le mas de Costerebe a été rebaptisé « La maison bleue » par ses nouveaux propriétaires.
Independant – Christophe barreau

A lire aussi :
Pyrénées-Orientales – Secte à Prats-de-Mollo : « Loup Blanc est un homme exceptionnel, un trésor qui m’a élevé », témoigne un de ses fidèles

On vous a dit de ne pas venir ici, c’est une propriété privée

En haut de l’escalier de pierres menant à la porte d’entrée, un grand loup blanc de porcelaine accueille encore les initiés. Le coup de sonnette résonne dans le vide. Puis apparaît une silhouette derrière une large baie vitrée. « On vous a dit de ne pas venir, que faites-vous là, c’est une propriété privée ! », lance à travers le verre une jeune femme aux longs cheveux roux.

Derrière elle, une immense statue humaine, la tête sertie d’une couronne façon bandeau… Trop tard pour en apercevoir les détails. L’habitante tire en vitesse un lourd rideau opaque rayé de multiples couleurs. En guise de fin de non-recevoir. Les gendarmes de la section de recherches de Nîmes récemment débarqués là-haut pour procéder à la perquisition des lieux ont a priori eu plus de chances, vu plus de monde et peut-être recueilli plus d’éléments. 

Depuis, une à deux femmes continueraient de vivre sur place. Ce mardi 2 février, une seule est apparue et sur le parking de la somptueuse demeure une unique voiture immatriculée à Génève est stationnée. « L’agent recenseur a laissé plusieurs messages, en vain », s’interroge le maire Claude Ferrer. Impatient de percer le mystère de La maison bleue, ex-mas mythique de Costerebe qui depuis des années, faisait rêver les montagnards du Vallespir fiers de vivre au pays de l’Ours. De l’ours pas du loup. 

A lire aussi :
Pyrénées-Orientales – Secte de « Loup Blanc » à Prats-de-Mollo : cinq ans avant l’interpellation de son dirigeant, l’association Infos-Sectes avait déjà aidé une victime

Articles populaires