Free Delivery & 60-Day Returns* - Everyday!

Perpignan – Collèges : parents et enseignants se rassemblent contre les baisses de dotations

Ce mercredi 9 février, une cinquantaine de parents d’élèves et d’enseignants de divers collèges du département se sont rassemblés devant l’Inspection académique, à Perpignan, pour protester contre les baisses de dotations projetées dans leurs établissements respectifs pour la rentrée prochaine. 

Branle-bas de combat ce mercredi, en début d’après-midi devant l’Inspection académique de Perpignan. Une cinquantaine de parents d’élèves et d’enseignants s’étaient rassemblés pour réclamer de meilleures dotations en heures d’enseignement (et donc en postes de professeurs…) pour leurs établissements. Nombre d’entre eux remettent en cause les prévisions d’effectifs d’élèves pour la rentrée que les services de l’Education nationale mettent en avant afin de justifier les dotations proposées. 

Des parents d’élèves du collège Jean-Macé étaient notamment au rendez-vous. « Nous sommes un des rares collèges de Perpignan à ne pas être classés en réseau d’éducation prioritaire (Rep) et à ne pas bénéficier des moyens supplémentaires qui vont avec, explique Céline, une maman d’élève de l’établissement. Pourtant, nous avons 60 % d’élèves boursiers… Nous avions demandé des moyens supplémentaires pour certains projets et en guise de réponse, nous avons encore eu une baisse de dotation de quatre heures. En tout, nous avons perdu quinze heures en deux ans… » Une baisse continue qui fait notamment craindre aux parents et enseignants de Jean-Macé une remise en cause, à terme, de leur fameuse classe bilangue russe-espagnol.

Il va falloir faire aussi bien avec moins de moyens

Le collège de Saint-Estève, où les syndicats craignent de perdre « l’équivalent de deux classes » à la rentrée prochaine, était également représenté ce mercredi devant l’Inspection. « On nous supprime des heures alors que le nombre d’élèves prévu pour la rentrée prochaine est pratiquement identique à cette année », déplore Magali, à la fois maman d’élève et  professeur au sein de l’établissement. 

Du côté de Rivesaltes aussi, inquiétude et mobilisation sont de mise. « On perd sept heures d’enseignement, alors que les effectifs d’élèves s’annoncent stables. Il va falloir faire aussi bien avec moins de moyens. Et des collègues qui faisaient un temps plein chez nous vont être obligés de travailler sur deux établissements », résume un professeur de physique-chimie.

Des parents et enseignants du collège Jean-Moulin de Perpignan, qui s’étaient déjà mobilisés la semaine dernière contre la perte de l’équivalent de « deux postes d’enseignants » et la remise en question de leur modèle d’inclusion des élèves issus de la communauté gitane, étaient une nouvelle fois de la partie ce mercredi. Toujours déterminés à obtenir gain de cause.

Articles populaires