Free Delivery & 60-Day Returns* - Everyday!

Meurtre de Maëlys: Le récit glaçant de Nordahl Lelandais sur les circonstances de sa mort

Ce vendredi aux Assises de l’Isère, Nordahl Lelandais a détaillé la manière dont la petite Maëlys est décédée sous ses coups.

« Je lui ai donné des coups. Ils étaient volontaires, ce n’est pas un accident. C’est moi qui les ai donnés. Mais je n’avais pas l’intention de lui donner la mort. »

Ce vendredi, dans la salle des Assises de l’Isère, Nordahl Lelandais s’est enfin expliqué sur les circonstances du drame qui ont amené à la mort de Maëlys de Araujo, 8 ans. Selon le compte rendu de confrères sur place, il a réfuté le caractère sexuel du crime. « C’est la vérité, on aimerait que je dise que c’est un crime sexuel, mais pas du tout! Je n’avais pas d’intention malsaine. Je sais que je vais être lourdement condamné. Je mérite cette peine. J’aimerais vraiment présenter mes excuses à la famille. »

Procès #Lelandais. L’accusé : « C’est la vérité, on aimerait que je dise que c’est un crime sexuel, mais pas du tout! Je n’avais pas d’intention malsaine. Je sais que je vais être lourdement condamné. Je mérite cette peine. J’aimerais vraiment présenter mes excuses à la famille. »

— Véronique Pueyo (@PueyoVero) February 11, 2022

Dans son témoignage, Lelandais a indiqué être sous cocaïne au moment des faits. Invité à un mariage, il dit avoir « discuté 15-20 secondes » à Maëlys de ses chiens qu’il lui a montré sur son téléphone.  C’est alors qu’il retournait chercher de la drogue chez lui, qu’il dit avoir trouvé Maëlys dans sa voiture. « Elle m’a demandé si j’allais voir mes chiens. Je lui ai dit que oui. Elle m’a demandé de venir, que sa maman était d’accord ».

Je ne la connais, je la vois trois fois, mais je n’avais aucune mauvaise attention. Je vais chez moi chercher de la cocaïne (…) je n’avais aucune intention, à part que ça lui fasse plaisir de voir les chiens comme elle me l’avait demandé

— Thibaut Chevillard (@TiboChevillard) February 11, 2022

 

« Lâchement, je l’ai déposée par terre et je suis reparti »

Selon Lelandais, Maëlys se serait mise à pleurer durant le trajet renvoyant l’accusé au crime d’Arthur Noyer en avril 2017. C’est alors qu’il a couvert la petite fille de coups. « Je ne sais pas ce qui s’est passé, j’ai tourné la tête. Je lui ai donné des coups. Ils étaient volontaires, ce n’est pas un accident. C’est moi qui les ai donnés. Mais je n’avais pas l’intention de lui donner la mort. »

La petite fille serait donc morte sous ses coups. Froidement, l’homme dit avoir repris sa marche avant pour rouler jusqu’à l’endroit où il a « déposé cette malheureuse enfant ». « Arrivé au chemin, lâchement encore une fois, bien lâchement, je me suis arrêté et je l’ai déposé par terre. Et je suis reparti. »

Fabriquer son alibi

L’accusé est alors rentré chez lui après avoir jeté son « short tâché de sang dans une poubelle ». Puis il est retourné au mariage. « C’était un alibi. Je me suis senti pas bien, je suis allé vomir et je suis reparti chercher le corps ». « J’ai décidé de ne pas la laisser là, pour lâchement cacher mon crime. Je l’ai mise dans mon coffre et je suis parti, parti sans savoir où aller. »

Et Lelandais de revenir sur l’enchaînement des faits. « Je reconnais que c’est complètement fou, je connais pas cette petite je n’avais aucune mauvaise intention. Je me dis que je vais chez moi chercher de la cocaïne, ça lui fera plaisir de voir mes chiens, je la laisse en bas je monte chercher la cocaïne il y en a pour quelques secondes. Je n’avais aucune mauvaise intention à part que ça lui fasse plaisir de voir les chiens, » relate Midi Libre.

Articles populaires