Free Delivery & 60-Day Returns* - Everyday!

LGV Montpellier-Perpignan : une ligne où il ne fait pas assez fret

À l’heure de la lutte contre le réchauffement climatique et donc de l’essor des transports propres, une nouvelle ligne qui ne serait pas à la fois voyageur et fret sur sa totalité, passe mal.

Les sections fret ont été validées par une décision ministérielle du 15 décembre 2013, confirmée le 1er février 2017. Et alors que le tronçon Montpellier-Béziers est intégralement mixte voyageur/fret ; le tronçon Béziers-Perpignan ne comporte qu’une section de ce type, entre Rivesaltes et Toulouges, soit une quinzaine de kilomètres.

Selon SNCF Réseau, la mixité permet de « libérer des capacités de circulation pour la desserte du littoral par les TER ». Le fret ferroviaire permet aussi de réduire considérablement les émissions de gaz à effet de serre issus de la circulation des poids lourds. Sur les corridors de fret européens, 1 train équivaut à 45 camions. Dès lors pourquoi pas une ligne intégralement mixte, de Montpellier jusqu’à Perpignan ? Les études prévisionnelles de trafic ont montré qu’entre Béziers et Perpignan, le report des TGV sur la ligne nouvelle suffirait au trafic fret sur la ligne ancienne. Mais sur le terrain, on n’est pas du tout d’accord.

« Mixité jusqu’au bout ! »

« Il faut la mixité jusqu’au bout !, affirme avec force Jean-Luc Gibelin, le vice-président de Région chargé des Transports. On en a besoin pour soulager la ligne actuelle à saturation, tout comme les routes. On en a besoin pour avoir plus de TER et de fret de proximité avec le développement de Sète et Port-la-Nouvelle ». Selon l’élu, penché sur le dossier depuis 2016, la ligne actuelle est fragilisée de Rivesaltes à Gruissan, en particulier sur la partie (ô combien photogénique) qui traverse les étangs.

Et même si Jean-Luc Gibelin convient que « la submersion n’est pas pour demain matin », il n’est selon lui « pas raisonnable qu’il n’y ait pas de plan B. C’est pas possible qu’on dépende que de cette ligne, il nous faut un doublé et pas que pour le fret, la population augmente, même sans projet à grande vitesse, on le demanderait ». Interrogé par L’Indépendant sur ce sujet le 21 octobre 2021, Jean Castex répondait que « ce point (lui) paraissait acté ». Ce mercredi encore, Matignon confirmait.
 

Articles populaires