Free Delivery & 60-Day Returns* - Everyday!

les militants des comités Taubira courent après le temps et les soutiens

Christiane Taubira rassemble ses troupes à Créteil (Val-de-Marne) samedi 12 février. L’ex-ministre de la Justice plafonne en dessous de 4% dans les sondages et n’a recueilli que 47 parrainages. Tandis qu’elle tentera de dynamiser sa campagne avec cette réunion publique, d’autres oeuvrent en coulisses pour leur candidate, parfois difficilement : les militants des comités Taubira qui l’ont appelée à se présenter.

A Rennes, sur le parvis de l’université, ils se tiennent à quelques pas de militants de Nathalie Arthaud, autre candidate de gauche à la présidentielle. Amel s’approche d’un pas décidé de deux étudiantes et leur lance un « Bonjour mesdemoiselles ! » jovial. « Mme Taubira pour l’union de la gauche aux présidentielles ! » La réponse ne se fait pas attendre : « Euh, non merci… » 

Pas le temps de baisser les bras. Christiane Taubira arrive tard dans la course à l’Elysée : il ne reste que quelques semaines pour convaincre. « Ça fait un an et demi, on l’appelle à se présenter. Là, c’est la deuxième étape », explique Amel. « C’est la plus dure, mais on est enthousiastes. Sinon, on ne serait pas là sur le terrain, tous les week-ends, toutes les semaines, on tracte, on colle. On est encore porteurs d’espoir. »

Un militant des comités Taubira distribue des tracts aux abords de l’université de Rennes. (VICTORIA KOUSSA / RADIOFRANCE)

A côté d’elle, Jérémy distribue le plus de tracts possible. Ce membre des Jeunes avec Taubira faisait pourtant les marchés pour Anne Hidalgo il y a quelques mois.

Il y avait un sentiment de lassitude, mais quand c’était pour Taubira, les gens revenaient sur leurs pas pour avoir un tract. Ça, ça n’est jamais arrivé pour Hidalgo.

Jérémy, militant

à franceinfo

Dans les rangs de ces militants, il y des fans, comme Suzanne et Mathis, qui admirent Christiane Taubira. 

« C’est grâce à elle, notamment, que le mariage gay a été légalisé. Ça, c’est très important », rappelle Mathis. « C’est quand même quelqu’un qui représente quelque chose, on aimerait bien l’avoir comme présidente. » Mais Suzanne nuance : « Il faut savoir garder un certain recul. On va d’abord voir déjà ce qu’elle présente. »

Le programme, seulement quelques lignes sur le flyer, c’est le problème de Gwénolé, 23 ans, qui ne manque pas de le faire remarquer à un militant : « Il n’a pas l’air très étoffé le programme…  » Le militant a son argumentaire prêt : « Il se co-construit au fur et à mesure, avec les citoyens ! » Gwénolé s’agace : « Non, mais… On est à deux mois de la présidentielle. C’est dans deux mois ! C’est dans 60 jours ! »

Il y a plein de candidats de gauche, l’extrême droite est aux portes du pouvoir et on est en train de se diviser, alors que l’on devrait se ranger derrière le candidat qui est le mieux placé. Ce n’est pas sérieux.

Gwenolé, 23 ans

à franceinfo

C’est justement pour l’union que les militants de la Primaire populaire rejoignent les rangs des comités Taubira. C’est le cas de Charlotte Marchandise, arrivée avant-dernière de l’élection citoyenne.

Je fais campagne pour l’union portée et incarnée par la candidature de Christiane Taubira. Si on a un binôme Taubira-Jadot ou Jadot-Taubira, mais tant mieux !

Charlotte Marchandise

à franceinfo

L’ancienne élue rennaise ne s’avouera pas vaincue : « Nous, on militera et on passera les tracts Yannick Jadot et Christiane Taubira ensemble et on essaiera d’élargir à Anne Hidalgo et Jean-Luc Mélenchon à Fabien Roussel. S’il n’y a pas d’union, je voterais blanc. »  

Pour tenter de faire décoller Christiane Taubira dans les sondages et parvenir peut-être à convaincre les autres candidats, ces militants veulent aller plus loin, avec dans les prochains jours une grande opération de porte-à-porte.

Articles populaires