Free Delivery & 60-Day Returns* - Everyday!

La BOAD conclut avec succès la première étape de son augmentation de capital 

Lomé, le 16 février 2022 . La BOAD conclut avec succès la première étape de son augmentation de capital pour un montant représentant plus de la moitié de son objectif de 1,5 milliard de dollars. Afin de répondre aux besoins de financement croissants des Etats de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA), accentués par la crise de la Covid-19, et d’accompagner un développement économique soutenable et socialement inclusif, la BOAD a décidé de procéder à une augmentation de son capital. En septembre 2020, le Conseil d’Administration de la BOAD a ainsi approuvé le nouveau plan stratégique de la banque (le plan « Djoliba ») qui prévoit de s’appuyer sur une augmentation de capital de 1,5 milliards de dollars US (soit 837 milliards de FCFA) permettant à l’institution de doubler son niveau de fonds propres afin de lui permettre d’accroitre son niveau d’engagements de plus de 50% sur les cinq prochaines années.

Les actionnaires régionaux de la BOAD (Série A), constitués des huit Etats Membres de l’UEMOA, qui jouent un rôle moteur dans cette augmentation de capital, s’attèlent à prendre toutes les dispositions requises pour accompagner et soutenir leur Banque régionale de développement aux côtés de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO), dans ce changement d’échelle utile et nécessaire à la bonne exécution du plan Djoliba 2021-2025.

Les actionnaires non régionaux de la BOAD (Série B) que sont l’Allemagne, la Banque Africaine de Développement, la Banque Européenne d’Investissement, la Chine, la France, le Royaume de Belgique et le Royaume du Maroc s’inscrivent dans la même dynamique de soutien en faveur de la BOAD et des économies de la zone UEMOA. Certains d’entre eux, notamment la France, la Banque Africaine de Développement et le Royaume du Maroc, s’apprêtent à souscrire dès 2022 à cette augmentation de capital, venant ainsi renforcer les fonds propres de l’institution autant que sa capacité d’intervention.

Le succès de cette mobilisation conjointe des actionnaires régionaux et non-régionaux de la Banque, constitue une première étape essentielle dans la réalisation de l’augmentation de capital de l’institution et le déploiement de son plan stratégique pour les cinq prochaines années.

Serge Ekué, Président de la BOAD, a déclaré en réaction à la conclusion de cette première étape : « Ce premier jalon dans l’augmentation de capital de la Banque est un moment historique pour notre institution. Ce soutien fort de nos actionnaires illustre la robustesse de nos fonds propres autant que l’engagement de nos partenaires à soutenir l’action de la BOAD au sein de l’espace UEMOA. Elle va permettre d’accroitre significativement notre capacité d’action au service du développement économique de la zone et de l’intégration régionale ».

 A propos de la BOAD

La Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD) est l’institution commune de financement du développement des Etats de l’Union Monétaire Ouest Africaine (UMOA). Etablissement public à caractère international, la BOAD a pour objet, aux termes de l’Article 2 de ses statuts, « de promouvoir le développement équilibré des Etats membres et de réaliser l’intégration économique de l’Afrique de l’Ouest » en finançant des projets prioritaires de développement. Elle est accréditée auprès des trois mécanismes de financement de la finance climat (GEF, AF, GCF). Depuis 2009, la BOAD siège en tant qu’observateur à la CCNUCC et participe activement aux discussions relatives à la construction d’une architecture internationale de la finance climat. Elle abrite, depuis janvier 2013, le premier Centre régional de collaboration (CRC) sur le Mécanisme pour un développement propre (MDP) dont le but est d’apporter un soutien direct aux gouvernements, aux ONG et au secteur privé, pour l’identification et le développement de projets MDP. Elle est un membre actif de l’International Development Finance Club (IDFC) qui rassemble 24 banques nationales, régionales et bilatérales de développement et de l’Initiative Internationale pour la Transparence de l’Aide (IITA).

Articles populaires