Free Delivery & 60-Day Returns* - Everyday!

Gérald Darmanin accusé de sexisme après ses propos à Apolline de Malherbe sur BFMTV

« Non mais ne vous vexez pas, calmez-vous madame, ça va bien se passer. » Cette phrase, lancée par le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin à la journaliste de BFMTV/RMC Apolline de Malherbe, mardi 8 février, a déclenché la polémique. De nombreuses personnalités politiques et des journalistes ont fustigé le comportement du ministre, jugé « sexiste » et « condescendant », en pleine campagne présidentielle où le thème de la sécurité est très discuté.

La journaliste interrogeait le ministre de l’Intérieur au sujet des chiffres de la délinquance. Après avoir demandé si le gouvernement ne s’était pas « réveillé un peu tard » sur les enjeux de sécurité, elle a énuméré les délits en hausse en 2021 : violences, atteintes aux personnes, homicides, coups et blessures volontaires, violences sexuelles…

« Je vous demande pardon ? »: l’échange très tendu entre Gérald Darmanin et Apolline de Malherbe pic.twitter.com/8XlHS5jzFl

— RMC (@RMCinfo) February 8, 2022

Avant de répondre sur les chiffres, Gérald Darmanin a critiqué leur présentation : « Je pensais qu’on était sur CNews, mais en fait on est bien sur BFM », a-t-il ironisé. Une ironie mal reçue par Apolline de Malherbe, dont le ministre a qualifié la présentation de « très rapide et un peu populiste ». Une sortie sur laquelle la journaliste a tenté de rebondir, mais le ministre, de nouveau interrompu, s’agace et lance : « Non mais ne vous vexez pas, calmez-vous, madame, ça va bien se passer. »

Une réplique qui déclenche l’indignation de la journaliste. Le ministre l’a accusé de ne présenter qu’une partie de la vérité, avant de mettre en valeur la baisse des vols, la fin des « émeutes urbaines » et des saisies de drogue record. Il a reconnu une hausse des atteintes aux personnes – l’objet de la question initiale, rétorque Apolline de Malherbe. « Vous faites de la politique ou vous êtes journaliste ? » lui a lancé le ministre, qui l’accuse également de ne « pas dire un mot positif sur le travail extraordinaire des policiers et des gendarmes », avant de pointer une « responsabilité » des médias dans « l’augmentation générale et continue des populismes », notamment à travers une présentation « fallacieuse » des chiffres de la délinquance. 

De nombreux journalistes comme des personnalités politiques et des internautes ont dénoncé le comportement du ministre de l’Intérieur. À droite, Gérald Darmanin s’est fait accuser respectivement par Marine Le Pen et Eric Zemmour de ne pas assumer « le lourd échec » et le « naufrage abyssal » de sa politique. À gauche, les critiques se sont focalisées sur le « sexisme » du ministre, comme celles du patron d’EELV Julien Bayou.

Manifestement, @GDarmanin n’assume pas le lourd échec de sa politique et y répond par une agressivité déplacée. La réalité est pourtant terrible : la violence gangrène le pays et les Français en sont les victimes. https://t.co/2Ypv3I4fKM

— Marine Le Pen (@MLP_officiel) February 8, 2022

L’attitude de Gérald #Darmanin est inacceptable.

Mais son sexisme crasse à l’égard de Apolline de Malherbe ne peut faire oublier la pertinence de la remarque de la journaliste: oui le gouvernement a échoué ou renoncé sur la sécurité des personnes et en particulier des femmes. https://t.co/3tRwNFtY4B

— Julien Bayou (@julienbayou) February 8, 2022

Articles populaires