Free Delivery & 60-Day Returns* - Everyday!

« de la sincérité, mais pas de comédie », ce qu’espèrent les proches de Valérie Pécresse avant son premier meeting

Objectif : relancer sa campagne, notamment après une série de défections. A moins de deux mois de la présidentielle, c’est l’heure du premier grand rendez-vous de campagne pour Valérie Pécresse. La candidate Les Républicains tient dimanche après-midi au Zénith de Paris son premier grand meeting depuis qu’elle a reçu l’investiture de son parti.

Si la semaine a été compliquée pour Valérie Pécresse, avec plusieurs départs de cadres LR dont Eric Woerth, ce « grand oral » est une bonne occasion pour se relancer. Voire même de se lancer car la candidate n’a, pour l’instant, pas fait de grands meetings. 

Valérie Pécresse qui enflamme un Zénith plein à craquer : voilà l’image que souhaite l’équipe de campagne, 6.000 personnes attendues dont 2.000 jeunes. Pour donner du rythme, prévu vers 15h, le meeting doit débuter par des prises de parole très courtes depuis la salle ou par vidéo de responsables LR, ainsi que des membres de la société civile et des jeunes.

Ensuite, place à la candidate : 45 minutes de discours pendant lequel elle doit sortir de sa liste de propositions pour livrer sa vision du pays. Peut-être aura-t-on droit à un nouveau slogan.

Dans son entourage, on nous promet aussi une Valérie Pécresse qui se dévoile un peu plus, pour montrer qui elle est et surtout qu’elle est capable d’incarner la fonction présidentielle. Mais attention, préviennent ses proches, on n’aura pas droit à un « instant confession » comme celui de Marine Le Pen la semaine dernière, il y aura « de la sincérité », mais « pas de la comédie », assure son équipe.

Ce rendez-vous – prévu initialement le 11 décembre dernier, reporté en raison de la crise sanitaire – va servir de base aux équipes de la candidate pour retrouver de l’élan. Pour retrouver sa dynamique, elle doit désormais s’imposer et faire passer son message de fermeté, de « celle qui va faire », celle qui va aller au bout des promesses. Un message-clé, car, d’une manière générale, les Français la connaissent assez peu : ils n’ont pas forcément d’image du message politique qu’elle incarne.

Autre écueil, la question du soutien de Nicolas Sarkozy qui se fait attendre. Valérie Pécresse – qui a rencontré l’ancien président vendredi – assure d’ailleurs dans un entretien au Journal du Dimanche qu’elle « trace [sa] voie » malgré l’absence de soutien officiel à deux mois de l’élection. Tout cela crée un soupçon et une difficulté dans l’opinon publique. Si Valérie Pécresse ne décolle pas dans les sondages, elle ne baisse pas non plus : mais le manque de dynamique en politique est toujours un moment compliqué. 

Articles populaires