Free Delivery & 60-Day Returns* - Everyday!

Pyrénées-Orientales / Primaire populaire : « Nous sommes désormais une force qui compte »

Les référents locaux de la Primaire populaire, qui recensait 500 personnes inscrites sur ses listes électorales en pays catalan, étaient réunis hier au Café de la Source à Perpignan, pour commenter les résultats du scrutin à l’issue duquel Christiane Taubira a remporté la victoire. Ils ont également dévoilé leur stratégie départementale en vue des législatives. 

« Quelle surprise. On ne l’avait pas vue venir ! » L’humour est au rendez-vous et l’ambiance détendue en ce dimanche soir au Café de la Source, où quelques membres du comité local de la Primaire populaire se sont réunis pour prendre connaissance des résultats du scrutin à l’issue duquel la grande favorite, l’ancienne ministre de la Justice Christiane Taubira (PRG), est arrivée en tête. 

Mais finalement, au-delà des résultats, ici, on prépare déjà l’avenir. « 467 000 inscrits au niveau national et 84 % de participation, c’est un véritable succès, s’enthousiasme l’un des référents locaux de la primaire, François Allaigre. Nous pouvons désormais dire que nous sommes une force qui compte. Dans le département, si on applique la moyenne nationale, environ 400 personnes ont pris part au vote. C’est tout de même significatif. Nous allons continuer sur cette dynamique citoyenne hors partis. »

Législatives : « Une dynamique va s’ouvrir à gauche »

En plus de la présidentielle d’avril, les législatives de juin prochain sont clairement en ligne de mire. « Au niveau local, une période de concertation avec les candidats présentés par les partis traditionnels va s’ouvrir, annonce François Allaigre. La Primaire populaire ne présentera pas de candidats pour les législatives, mais nous soutiendrons ceux qui s’inscrivent dans la défense de notre plateforme programmatique et dans le désir de rassemblement citoyen. »

L’objectif du comité local de la Primaire populaire, composé de militants de divers partis et de citoyens non encartés, est bien simple : il s’agit de parvenir à réunir autour d’une même table, en amont des législatives, tous les candidats de gauche qui croient en « des solutions collectives basées sur la biodiversité ». Comme le formule l’un des autres membres du comité, Philippe Assens. « Le profil du votant à cette primaire est celui d’un jeune, souvent abstentionniste jusqu’ici, mais qui est prêt à s’investir. Il faut se méfier de l’eau qui dort… Une dynamique va s’ouvrir, portée par les réseaux sociaux, pour continuer à promouvoir ce désir de rassemblement », prédit ce dernier.

En bref, pour les militants locaux de la Primaire populaire, la fin du scrutin ne sonne pas l’heure de la démobilisation. Bien au contraire. Tout commence maintenant. 

Articles populaires