Free Delivery & 60-Day Returns* - Everyday!

Covid : 1,5 fois plus contagieux qu’Omicron, le variant BA.2 pourrait étendre la 5eme vague après le mois de février, le Danemark donne l’alerte

Les autorités sanitaires danoises ont livré de nouveaux éléments au sujet du sous-variant BA.2 qui inquiète les scientifiques alors que la plupart des gouvernements optent pour la levée des restrictions. 

Et maintenant, BA.2 ! En résumé, ce Covid-19 qui a bouleversé nos vies il y a plus de deux ans déjà, a un variant qui explose tous les compteurs. Son nom : Omicron. Mais le ras-le-bol général couplé à des modélisations scientifiques optimistes ont raison de tous les chiffres. Et malgré des records de contaminations régulièrement battus par le variant sud-africain, les gouvernements n’ont d’autre choix que d’opter pour des allègements de restriction. 

A lire aussi :
Covid – Fin du masque en extérieur, réouverture des discothèques… Voici le calendrier de levée des restrictions sanitaires annoncé par Jean Castex

Pour un cas détecté, deux cas passent sous les radars

C’est le cas en France. C’est aussi le cas au Danemark, pays scruté par les scientifiques et les politiques du monde entier. Pourquoi ? Parce que BA.2. Qualifié de « furtif » – il échappe à certains tests PCR – le sous-variant d’Omicron y est (déjà) devenu majoritaire. 

Et si nos voisins danois ont eux aussi opté pour la fin des mesures, on en sait un peu plus sur BA.2. Selon le Statens Serum Institut (organisme qui gère la crise au pays des Vikings) cité par nos confrères de Politiken, « BA.2 est 1,5 fois plus contagieux que BA.1« .

A lire aussi :
Covid – BA.2 infecterait deux fois plus de personnes qu’Omicron, les premiers chiffres inquiètent les scientifiques

Ce n’est pas tout : lorsqu’un cas d’infection à BA.2 est détecté, deux cas passent sous les radars. Un BA.2 qui pourrait encore faire flamber les nombres de contaminations quotidiennes. Et, surtout, étendre cette vague après le mois de février, soit au-delà des prévisions initiales. Voilà pour les réjouissances.

Reste à savoir l’essentiel : si BA.2 débouche sur des formes graves de la maladie. Ou s’il s’inscrit dans les schémas classiques des infections virales respiratoires, à savoir plus contagieux que son prédécesseur BA.1 mais toujours moins virulent.  

Articles populaires