Free Delivery & 60-Day Returns* - Everyday!

Coronavirus: Les résultats spectaculaires de la vaccination contre le Covid long

Une étude compare les effets de Covid long selon le statut vaccinal. Les résultats sont très largement en faveur de la vaccination contre cette conséquence invalidante d’une infection au Sras-CoV-2.

Des chercheurs israéliens ont publié, ce mardi, les résultats de leur étude sur le Covid long, cette conséquence à une infection au Sras-CoV-2 qui perturbe le quotidien de millions de personnes à travers le monde.

Selon ces données israéliennes, les symptômes du Covid long sont moins récurrents chez les personnes vaccinées que chez celles qui n’étaient pas vaccinées lorsqu’elles ont été infectées.

« Voici une autre raison de se faire vacciner, si vous en aviez besoin », déclare Michael Edelstein, épidémiologiste à l’Université Bar-Ilan de Safed, en Israël, co-auteur d’une étude qui n’a pas encore été évaluée par ses pairs.

Selon d’autres données, jusqu’à 30% des personnes infectées, dont la plupart n’ont pas été hospitalisées, développent des symptômes persistants de Covid long.

C’est en réduisant la libre circulation du virus dans le corps que le vaccin permettrait de protéger contre le Covid long.

L’étude a été réalisée sur 3.000 personnes entre juillet et novembre 2021, période durant laquelle les chercheurs ont évalué la persistance de symptômes selon le statut de vaccination. Au final, les personnes entièrement vaccinées, qui avaient également eu le Covid-19, étaient susceptibles de signaler 54% de moins de maux de tête que les non-vaccinés. Chiffre qui grimpe à 64% pour la fatigue et à 68% pour les douleurs musculaires.

New Israeli study on vaccination & long COVID.
Months after their infection fully-vaccinated participants were:
– 54% less likely to report headaches
– 64% less likely to report fatigue
– 68% less likely to report muscle pain
than unvaccinated counterparts https://t.co/TrDCh2OcGm

— Edouard Mathieu (@redouad) January 26, 2022

Une étude qui en confirme une première moins poussée du King’s Collège de Londres britannique sur le Covid long. L’étude britannique affirmait que 50% des personnes vaccinées n’étaient pas susceptibles de faire un Covid long.

A noter que cette étude a été réalisée sur des infections à des variants antérieurs à Omicron. Apparu fin novembre, ce dernier ne peut encore faire l’objet d’études sur le sujet. On ne sait donc toujours pas s’il provoquera des covid longs plus ou moins sévères.
 

Articles populaires