Free Delivery & 60-Day Returns* - Everyday!

« Coups de poing », « la tête cognée sur le sol », « étranglement »… Margaux Pinot détaille le déchaînement de violence dont elle dit avoir été victime de la part d’Alain Schmitt

La judokate Margaux Pinot a donné une conférence de presse ce jeudi soir suite à la relaxe de son entraîneur et compagnon qu’elle accuse de violences conjugales. Ce dernier avait dénoncé un lynchage médiatique dans la journée.

La championne olympique Margaux Pinot accuse son ex-entraîneur et compagnon Alain Schmitt de violences conjugales. Dans la nuit de mardi à mercredi, le tribunal correctionnel de Bobigny avait relaxé le technicien et ancien judoka de 38 ans à l’issue d’une audience en comparution immédiate, en estimant « n’avoir pas assez de preuves de culpabilité ». Le parquet a fait appel de ce jugement.

Ce jeudi, la jeune femme a donné une conférence de presse dans laquelle elle a redit « avoir eu peur pour sa vie ». « Je me suis vue morte ». 

Le visage couvert d’ecchymoses, le jeune femme de 27 ans a elle décrit un déchaînement de violence gratuite de la part de son compagnon, qui avait consommé de l’alcool, alors qu’elle se trouvait au lit.
 

« Il s’est mis à califourchon sur moi, il a commencé à me mettre des coups de poings, droite, gauche… Je ne me suis même pas défendue pour éviter les coups, je lui disais ‘Alain, arrête, arrête !' », a-t-elle relaté.

« Je me suis dit ‘tu dois te dégager de lui, sinon t’es morte.' »

Selon elle, Schmitt a également « frappé sa tête contre le sol » avant de « tenter de l’étrangler » en mettant ses mains « autour de son cou ».

La jeune femme a évoqué « d’autres épisodes violents » depuis le début de leur relation « mais c’était la première fois qu’il touchait son visage ».

ud83dudcac « À ce moment-là, je me suis dit: ‘c’est soit t’arrives à te dégager de lui, soit t’es morte' »

Le témoignage de Margaux Pinot qui accuse son compagnon de violences conjugales u2935 pic.twitter.com/V4U8ncnq7V

— BFMTV (@BFMTV) December 2, 2021

Après son intervention, son avocat, Rachid Madid, s’est dit stupéfait de la décision du tribunal de Bobigny a été relaxé. « Le tribunal est passé à côté de la vérité, à côté des faits ».

Dans l’après-midi, Alain Schmitt avait dénoncé un « lynchage médiatique » et assuré ne « jamais avoir frappé une femme ». « Il ment » a déclaré ce jeudi soir Margaux Pinot qui a regardé la conférence de presse donnée par son entraîneur et compagnon.

 

Articles populaires