Free Delivery & 60-Day Returns* - Everyday!

Pyrénées-Orientales – Ecoles : 86 classes fermées, l’application du nouveau protocole Covid retardée

Selon le dernier décompte des services de l’Education nationale, dans les Pyrénées-Orientales, 86 classes sont actuellement fermées après l’apparition d’au moins un cas de Covid en leur sein. Par ailleurs, dans le département, les nouvelles règles, plus souples, annoncées par le gouvernement pour éviter la multiplication des fermetures, ne pourront être mises en place « de manière généralisée » que le lundi 6 décembre. Explications. 

Un nouveau palier a été franchi ce week-end dans les Pyrénées-Orientales. Avec la fermeture pour une semaine d’un établissement scolaire entier. À savoir : l’école élémentaire de Banyuls-sur-Mer, où pas moins de 14 cas de Covid ont été détectés parmi les élèves.

Selon le dernier décompte qu’ont effectué les services de l’Education nationale, en ce lundi 29 novembre, ce sont désormais pas moins de 86 classes (80 en élémentaire ou primaire et six en maternelle) qui sont fermées pour cause de Covid dans le département. Contre seulement douze il y a dix jours.

Nouveau protocole : tout n’est pas prêt

Et malgré l’annonce de la mise en place de nouvelles règles plus souples, qu’a effectuée jeudi dernier le ministre de l’Education, d’autres classes risquent encore d’être fermées dans les prochains jours en pays catalan. « Le nouveau protocole va être mis en place progressivement, indique ainsi le directeur des services départementaux de l’Education nationale, Frédéric Fulgence. L’objectif est que tout soit calé pour ce lundi 6 décembre. »

À partir de cette date, si tout se déroule comme prévu, les classes ne seront plus fermées dès l’apparition d’un cas positif en leur sein comme aujourd’hui. Lorsqu’un cas sera détecté, tous les élèves de la classe concernée seront invités à se faire tester en laboratoire ou en pharmacie. Ceux qui seront en mesure de présenter un test négatif pourront continuer à aller à l’école. Les autres devront rester isolés (dix jours pour les positifs, sept jours pour ceux qui n’ont pas fait de test). 

Entre 600 et 1000 enfants à tester par jour

« Nous travaillons sur le nouveau protocole depuis la semaine dernière. Il fallait anticiper par rapport aux laboratoires, qui vont devoir effectuer des tests, détaille Frédéric Fulgence. Nous pensons qu’il faudra tester entre 600 et 1000 élèves par jour. C’est quand même considérable… »

Selon l’inspecteur, tout devrait être prêt pour pouvoir appliquer les nouvelles règles entre la fin de cette semaine et le début de la prochaine. « Avec ce nouveau protocole, il n’y a plus de raison de fermer des classes, sauf en cas de cluster, mais ce sera vraiment à la marge », précise-t-il. Quoi qu’il en soit, pour l’heure, l’ancien protocole reste en vigueur.

Les parents favorables à l’assouplissement, les enseignants inquiets

La Fédération des conseils de parents d’élèves (FCPE) voit plutôt d’un bon œil la mise en place du nouveau protocole « car il favorise l’apprentissage en permettant de garder les élèves en classe » et déplore qu’il n’entre pas en vigueur, comme annoncé jeudi dernier, dans le courant de cette semaine. 

De son côté, le syndicat d’enseignants SNUipp-FSU pointe du doigt de nombreuses incohérences. « La fermeture des classes dès le premier cas était une mesure de protection et on l’enlève alors que l’épidémie reprend du poil de la bête et qu’il y a un nouveau variant, déplore l’un de ses cosecrétaires départementaux, Jean-François Noguès. De plus, avec le délai d’incubation, un élève testé négatif tel jour peut revenir en classe et se révéler positif 48 heures plus tard… Par ailleurs, comment les collègues dont certains élèves seront à l’isolement feront-ils pour assurer en même temps un enseignement en présentiel et un autre en distanciel ? Devront-ils travailler la nuit ? »

Articles populaires