Free Delivery & 60-Day Returns* - Everyday!

les candidats LR dévoilent la première mesure qu’ils entendent prendre en cas d’élection

Valérie Pécresse a proposé un « jour des héros » dans les écoles, tandis que Xavier Bertrand entend miser sur le nucléaire. Michel Barnier, lui, a évoqué la sécurité comme « priorité ».

Article rédigé par

Publié le 08/11/2021 23:03

Mis à jour le 08/11/2021 23:04

Temps de lecture : 1 min.

A quoi pourraient ressembler les débuts d’une présidence LR ? A l’occasion du premier des quatre débats les réunissant, lundi 8 novembre, à un mois du congrès de leur parti, les cinq candidats à l’investiture des Républicains ont présenté la première mesure qu’ils appliqueraient respectivement s’ils étaient élus à la tête de l’Etat.

>> Qui sont les cinq postulants au scrutin interne des Républicains pour désigner leur candidat ?

Parmi les trois principaux prétendants qui débattaient sur LCI, Michel Barnier a indiqué qu’il démarrerait par un message aux armées et plus largement à « toutes celles et tous ceux » qui sont chargés de la sécurité pour envoyer le « signal que la sécurité qui était le principal échec du quinquennat qui se termine, sera la principale priorité du nouveau quinquennat ».

Valérie Pécresse a insisté sur la nécessité de « ressouder la nation française » dès l’école. Sa première décision, « très symbolique » serait « de déclarer le 10 novembre un jour des héros qui font la France, dans toutes les écoles » pour « donner à nos enfants des modèles » et en « finir avec la repentance ». Les personnes célébrées seraient Vercingétorix, Louis Pasteur, Marie Curie, les poilus de la Grande Guerre, le colonel Arnaud Beltrame ou encore les soignants de la crise Covid.

Xavier Bertand a dit vouloir « ordonner au président d’EDF de lancer la construction de 10 nouveaux réacteurs nucléaires », afin de « stopper le déclin du nucléaire dans notre pays », pour garantir une « sécurité d’approvisionnement » et « répondre aux exigences de transition écologique ». Le président de la région Hauts-de-France a pointé une « faute » du président Macron avec la fermeture de Fessenheim.

Comme première mesure, Eric Ciotti veut un référendum pour que la France « recouvre sa souveraineté juridique » par rapport à « la suprématie des traités européens » et qu’elle « retrouve le cours de son destin en matière de sécurité et en matière de politique migratoire ».

Philippe Juvin souhaite quant à lui mettre « sur la table un nouveau traité européen » pour « refonder l’Europe », qui « va mal » mais est confrontée à des sujets « immenses » comme « l’immigration, le réchauffement climatique ».

Partager sur Twitter

Partager sur Facebook

Partager par mail

Partager le lien

Articles populaires