Free Delivery & 60-Day Returns* - Everyday!

Yannick Jadot nomme ses anciens concurrents à la primaire écologiste aux postes de conseillers spéciaux

Article rédigé par

Publié le 08/10/2021 15:59

Mis à jour le 08/10/2021 16:23

Temps de lecture : 1 min.

Selon l’entourage du candidat à la présidentielle, il s’agit pour les ex-adversaires de l’eurodéputé de « continuer à porter ce qu’ils ont porté pendant la primaire ». 

C’est l’heure du rassemblement chez les écolos. Le candidat d’EELV à la présidentielle, Yannick Jadot, annonce, vendredi 8 octobre, la nomination de trois de ses anciens concurrents à des postes de conseillers spéciaux. Sandrine Rousseau, qui avait disputé le second tour face à l’eurodéputé, sera en charge des « questions de discrimination et de précarité ». Delphine Batho, la députée des Deux-Sèvres, prendra à son compte « la sécurité nationale face aux effondrements et à la résilience ». Eric Piolle, le maire de Grenoble, sera lui responsable de la « grande coalition écologiste ». 

« L’idée de Jadot, c’est de faire en sorte qu’ils continuent à porter ce qu’ils ont porté pendant la primaire », explique à franceinfo l’eurodéputé EELV Mounir Satouri. « Ils vont donc conseiller le candidat sur ces thématiques et enrichir ainsi le projet présidentiel », poursuit-il.

#Presidentielle2022 : Opération unité pour les écologistes aujourd’hui à Lyon réunis dans le bâtiment où #EELV a été lancée il y a 10 ans #superstition
Cc @LCI @LCIPolitique @TF1LeJT pic.twitter.com/ZHuh1OWwR2

— Mathilde Guenegan (@mguenegan) October 8, 2021

Tous ? Non, il manque Jean-Marc Governatori. Le coprésident de Cap écologie était arrivé bon dernier de la primaire, en ne récoltant que 2,35% des voix. Un score qu’il avait jugé, dans une interview à Nice-Matin, « impossible ». Il estimait, par ailleurs, que la primaire écologiste avait été « viciée » et qu’il y avait eu « une volonté délibérée de manipuler les résultats ». 

Des propos qui ne sont toujours pas passés dans les rangs d’EELV. « A partir du moment où il a remis en cause le processus de la primaire, il se met en dehors de cette dynamique collective. Tant qu’il ne revient pas publiquement sur ses propos, il ne sera pas intégré au processus », fait savoir Mounir Satouri. 

Partager sur Twitter

Partager sur Facebook

Partager par mail

Partager le lien

Articles populaires