Free Delivery & 60-Day Returns* - Everyday!

VIDEO. Quand le président François Mitterrand consultait l’astrologue star Elizabeth Teissier avant de prendre certaines décisions

« C’est l’avant-dernière étape de sa vie, le moment où la politique intérieure se défait, sa réputation morale est attaquée, sa seconde famille apparaît, la maladie progresse… Il se sentait plus vulnérable que jamais », dit le journaliste Alain Duhamel au magazine « 20h30 le samedi » (replay). Le président de la République François Mitterrand prend contact par téléphone le 12 janvier 1989 avec Elizabeth Teissier, l’astrologue star des médias des années 1980. Et il l’autorise à enregistrer leurs entretiens… : « Monsieur le président, je voudrais vous dire : il y a des moments qui sont meilleurs que d’autres pour vous adresser aux gens. Il faut vous méfier de vos intuitions, vos intuitions intellectuelles. C’est un jour où, à votre place, je ne prendrais pas de décisions parce que vous manquerez, excusez-moi de vous dire cela, mais d’après les astres, vous manquerez un peu d’objectivité », entend-on sur une cassette qu’elle a fait écouter au magazine de France 2.

« Il me demandait conseil quand il devait parler aux Français, quand il devait rencontrer Bush. Il me demandait conseils pour des grandes décisions, confie Elizabeth Teissier. Il était intéressé par la psychologie des gens Par exemple, il m’a demandé de faire le thème astral de Jean-Pierre Chevènement qui était ministre de la Défense à l’époque. Et je dis au président que je crois que la prochaine lune du 29 janvier [1991] est très mauvaise pour lui. Quelle ne fut ma surprise quelques jours après… » Les médias annoncent en effet sa démission ce jour-là. « Vous avez vu pour Chevènement ? C’était fou ! » dit-elle à François Mitterrand qui lui demande : « Quoi donc ? » Alors, Elizabeth Teissier rappelle sa prédiction : « Je vous avais parlé du 29. C’est drôle. Vous savez, on est toujours très surpris finalement quand les prévisions tombent justes. »

« Il va falloir que j’intervienne. Quel est selon vous le meilleur jour ? »

Le sociologue Gérald Bronner analyse : « François Mitterrand était le président de la République, mais c’était avant tout un être humain. Et il y a quelques chose dans l’être humain qui cherche à réduire les incertitudes, quand on est, en particulier, face à de grandes décisions à prendre. Par exemple le référendum de Maastricht, le déclenchement de la première guerre d’Irak [1991]… » Le chef de l’Etat questionne l’astrologue : « Dans le déroulement de la guerre, on est dans un tournant ! Il va falloir que j’intervienne. Quel est selon vous le meilleur jour ? Dimanche, lundi, mardi ? » De son côté, le journaliste Alain Duhamel tient à tempérer l’influence de cette relation : « Il n’a pas demandé à Elizabeth Teissier si les astres devaient le pousser ou pas à participer à la guerre du Golfe. Sûrement pas ! »

« Ça ne coûtait pas grand-chose de savoir s’il fallait le faire le 11, le 12 ou le 13… de tel mois. Cela le rassurait sans doute », précise Gérald Bronner. « Qu’est-ce qu’il y a dans le ciel, là ? entend-on s’interroger l’astrologue sur la bande magnétique. Mardi 5, les échanges sont difficiles. Mercredi 6, alors là je sais que c’est ennuyeux pour vous, parce que vous avez le conseil des ministres, je crois, mais malheureusement, il y a dans votre ciel une marque de confusion dans les échanges. En revanche, vous avez le 7 au soir un très très bon créneau. » Et ce 7 février 1991, François Mitterrand apparaît à la télévision pour parler au pays : « Nous entrons dans la phase difficile de la guerre. Cette épreuve, cruelle de vérité, aura lieu. Et il faut que les Français y préparent leur esprit. »

> Les replays des magazines d’info de France Télévisions sont disponibles sur le site de Franceinfo et son application mobile (iOS & Android), rubrique « Magazines ».

Articles populaires