Free Delivery & 60-Day Returns* - Everyday!

Top 14 : les champions du Stade Rochelais en guest-stars à Elne avant d’affronter l’USAP

« Maman, maman, il m’a touché l’épaule pendant la photo ! ». Au « vert » à Canet, pour mieux préparer le match, samedi à 15 heures face à l’USAP, les rugbymen de La Rochelle ont fait une apparition remarquée mercredi soir au stade Maurice-Erre d’Elne pendant l’entraînement des jeunes de la JSI/LT.

Accessibles, souriants, avenants et décontractés… C’est peut-être à leur humilité que l’on mesure le mieux l’immensité de leur talent. À les voir ainsi évoluer, on en oublierait presque le pedigree de ces joueurs qui descendent du bus pour fouler la verte pelouse du stade d’Elne au milieu d’une foule de gamins en jaune et bleu éberlués.

Le charismatique All Black Viktor Vito (double champion du Monde), l’imposant wallaby Will Skelton (vice-champion du Monde), le bulldozer fidjien Levani Botia sans oublier les internationaux français Kevin Gourdon, Jules Plisson, Dany Priso, Pierre Bourgarit ou encore le capitaine Romain Sasy pour ne citer qu’eux… Malgré l’absence de quelques cadres (*), c’est une pléiade de stars qui a débarqué mercredi soir pour illuminer le crépuscule du stade Maurice-Erre d’Elne et remplir d’étoiles les yeux émerveillés des jeunes de l’école de rugby.

Casting all stars

Un plaisir visiblement partagé par l’armada rochelaise. Débarqués dans la journée dans les Pyrénées-Orientales, les vice-champions de France n’ont pas boudé leur plaisir de profiter de cette parenthèse amicale à Elne, choisi comme terrain de jeu pour préparer la prochaine journée de Top 14 à Aimé-Giral. « Je les avais rencontrés dans le cadre de leur préparation physique et du stage commando qu’ils avaient effectués à Collioure… Du coup, ils nous ont contactés pour pouvoir profiter de nos installations pendant leur mise au vert » explique Gilles Fosse, le président de la JSI/LT (Jeunesse sportive illibérienne/Latour-bas-Elne/Théza) et par ailleurs militaire au CNEC (centre national d’entraînement commando), ravi de pouvoir partager avec l’école de rugby et ses quelque 300 licenciés (des U6 aux seniors) ces moments privilégiés. Séances photos, autographes, échanges avec les parents plus fans encore que leurs enfants, discussions à bâtons rompus avec les dirigeants et les joueurs jusque tard dans la nuit… Avant l’entraînement prévu dès le lendemain matin (ndlr- jeudi) et en attendant d’affronter la furia catalane ce samedi, c’est en champions que les exemplaires Rochelais se sont comportés. 

(*) Grégory Alldritt sélectionné en équipe de France, Uini Atonio blessé, Brice Dulin « libéré » de dernière minute par le sélectionneur Fabien Galthié et qui pourrait donc fouler la pelouse d’Aimé-Giral samedi…

 

Ronan O’Gara : « L’USAP est un animal blessé… »

Un peu en retrait mais à l’affut de tout, Ronan O’Gara, la légende du rugby irlandais profitait lui aussi pleinement de ce petit bain de foule régénérant au milieu des jeunes illibériens. L’ancien n°10 du XV du Trèfle devenu entraîneur principal du Stade Rochelais depuis 2019, n’était pas le dernier à savourer la douceur de l’été indien en pays catalan : « C’est une région magnifique, il y a le soleil, la plage… Pour les joueurs, c’est important aussi de casser la routine, de rencontrer des gens et d’échanger… Le président a donné son feu vert et on a saisi l’opportunité de venir ici, à Canet (le groupe est logé au complexe des Flamants roses) et de nous entraîner à Elne. Pour nous ce sont des moments privilégiés avant de reprendre la compétition ». Car en dépit des apparences, les vice-champions de France ne sont pas là pour faire du tourisme. Après la grillade amicale partagée en soirée avec le staff du club et les équipes seniors, les choses sérieuses reprennent avec un entraînement dès le lendemain matin pour préparer sérieusement le match contre l’USAP. Un affrontement à Aimé-Giral contre la lanterne rouge du championnat (samedi à 15 heures) que le coach ne veut pas galvauder : « ça va être très dur. On connaît l’ambiance, le public et puis l’USAP est un animal blessé… Ils auront des moments forts, qu’il faudra gérer, et être capables de maintenir la même intensité de jeu pendant 80 minutes ». 

Recueilli par JMS

Articles populaires