Free Delivery & 60-Day Returns* - Everyday!

« Il ne faut jamais s’habituer au recul des libertés individuelles », met en garde le porte-parole du RN

Laurent Jacobelli estime que le pass sanitaire remet en cause les libertés des Français, et que la mesure n’est pas « en accord avec la réalité de la pandémie ».

Article rédigé par

Publié le 13/10/2021 21:07

Temps de lecture : 1 min.

« Il faut arrêter le pass sanitaire demain matin », a lancé mercredi 13 octobre sur franceinfo Laurent Jacobelli, porte-parole du RN, alors que le gouvernement a présenté mercredi en Conseil des ministres un projet de loi prévoyant de prolonger l’état d’urgence sanitaire et le recours possible au pass sanitaire jusqu’au 31 juillet 2022. 

« Si le pass sanitaire pouvait enrayer la hausse de l’épidémie, évidemment, on serait pour, affirme Laurent Jacobelli.Sauf qu’aujourd’hui, on sait très bien que la vaccination, même si c’est un outil indispensable dans la lutte contre la pandémie, ne permet pas de stopper la contamination ni même d’attraper le virus. » Il rappelle que les tests Covid « ne vont plus être remboursés » et que cela va conduire selon lui à « ce qu’un certain nombre de gens ne feront plus de tests et donc vont trimbaler le virus ». Il dénonce des « mesures absurdes » et se demande « quelle est la stratégie du gouvernement ». 

Avant de la mettre la liberté à mal, il faut des causes sérieuses, réelles et proportionnées. Et ce n’est pas le cas

Laurent Jacobelli

à franceinfo

« Il ne faut jamais s’habituer au recul des libertés individuelles. La liberté de circuler, de travailler, la liberté d’entreprendre », martèle Laurent Jacobelli. Il estime que « ce gouvernement s’y habitue, et s’y habitue à une vitesse folle ». Il appelle à ce que les mesures soient prises avec « proportionnalité ». Le porte-parole du RN s’interroge : « Est-ce que ce pass sanitaire, cette vaccination obligatoire – appelons un chat un chat – est-ce que cette restriction des libertés est en accord avec la réalité de la pandémie? » Pour le porte-parole du RN, « tous les chiffres montrent que non ».

« Le choix ne se situe pas entre être confinés et vivre avec un pass », ajoute Laurent Jacobelli. « Il y a un certain nombre de pays en Union européenne qui ont fait un choix différent et qui auront aujourd’hui des chiffres tout à fait comparables aux nôtres ».

Partager sur Twitter

Partager sur Facebook

Partager par mail

Partager le lien

Articles populaires